L'actualité du livre
Essais & documentset Politique  

Ils ont tué la gauche - Postures et imposteurs au sommet de l'Etat
de Pierre Jacquemain
Fayard 2016 /  16 €- 104.8  ffr. / 198 pages
ISBN : 978-2-213-70154-7
FORMAT : 13,5 cm × 21,5 cm

L'auteur du compte rendu : Juriste, essayiste, romancier, docteur en sociologie, Frdric Delorca a publi entre autres, aux ditions Le Temps des Cerises, Programme pour une gauche franaise dcomplexe (2007).

La guerre des gauches

Aprs la mobilisation sociale contre la loi El-Khomri au premier semestre de cette anne, beaucoup de militants de gauche ont d attendre avec intrt la publication de ce tmoignage de Pierre Jacquemain, qui fut au cabinet de la ministre du travail Myriam El-Khomri et sut claquer la porte temps pour ne pas tre associ cette modification du code du travail qui passe pour une des plus grandes trahisons de llectorat de gauche par Franois Hollande et Manuel Valls. Beaucoup sy intresseront, mais beaucoup seront aussi dus.

Car, si lon pourrait croire que Pierre Jacquemain fut aux premires loges de la mcanique infernale qui transforma le projet de loi progressiste en diktat nolibral, en ralit il sy trouva comme Fabrice Waterloo et ne vit donc pas grand-chose. De la fume, des coups de feux. Il raconte ainsi seulement grands traits ce que la presse nous avait dj dit.

Comment la rforme, mal enclenche en partant dun rapport de JD Combrexelle, qui avait t lhomme fort du ministre du travail lpoque de Sarkozy, a t confisque par un comit Badinter (le bilan politique de Robert Badinter tant ce quon sait depuis la guerre de Yougoslavie) et par Emmanuel Macron qui y insuffla tout ce que le patronat souhaitait, sans mme que la ministre du travail et son mot dire. Lauteur ne peut rien nous dire de ce qui se disait entre les vritables dcideurs Valls, Macron, Gattaz , parce quil ny tait pas, son cabinet ntant mme pas destinataire dune copie du projet de loi avant son examen par le Conseil dEtat. Il ntait dailleurs mme plus dans la confidence de son directeur de cabinet, quil accuse de stre vendu au point de vue des no-libraux et avec qui il a chang moins de 10 mails en six mois.

Ds lors, le livre doit se rabattre sur des lments assez anecdotiques comme lorganisation dun team building avec weekend gastronomie et karaok au ct de sa ministre (encore doit-il avouer que son diteur la censur ce sujet), et des considrations idologiques assez convenues sur le rgne de la technocratie et des experts, le monolithisme des mdias, la mdiocrit des politiques, la dictature de la com, labsence du peuple, et la marginalisation des intellectuels critiques.

Rien de nouveau sous le soleil, sauf des marqueurs identitaires: lloge de la Nuit Debout, la mention des sujets ftiches de la revue de Clmentine Autain Regards dont lauteur est rdacteur en chef adjoint, linvocation des mnes du sociologue Pierre Bourdieu cit plusieurs fois, encens, mme dans ses propos les moins scientifiques et les plus contestables notamment lorsquil prtend dduire la drive droitire de Hollande et Royal de leur habitus familial et scolaire, mais Fidel Castro et Ernesto Che Guevara navaient pas des origines moins bourgeoises

Nanmoins, par-del les tentatives de thorisation maladroites, souvent formules dans un style oral la limite de lincorrection (le taux na que trs sensiblement volu, p.107; cest la gauche qui est en responsabilits, p.112; le monde se fout de savoir si Myriam El Khomri connat le code du travail, p.154), il y a quelque chose dhumainement poignant dans ce face face amer entre le collaborateur de cabinet engag et la jeune ministre du travail, Myriam El-Khomri, en laquelle il a cru parce quelle avait t une lue de terrain, une femme vraiment de gauche, et qui semble avoir abandonn toutes ses convictions sur un claquement de doigts du premier ministre, parce que le systme usait savamment sur elle la fois de la peur et de la flatterie. En dautres temps, on en et fait un roman.

Et puis, dfaut de constituer un document historique dimportance, le livre a surtout la valeur dun acte militant. Cest une pierre que, depuis le rivage de la gauche de la gauche, Pierre Jacquemain lance dans le marcage social-libral, une tape dans la guerre des gauches, pour ne pas dsesprer Billancourt, pour ne pas laisser la socit franaise s ubriser. Parce que la gauche est vivante, conclut lauteur malgr les coups de poignard dans le dos

Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 30/09/2016 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)