L'actualité du livre
Essais & documentset Politique  

Journal interrompu - 24 janvier - 25 mai 2002
de Sylviane Agacinski
Seuil 2002 /  14 €- 91.7  ffr. / 156 pages
ISBN : 2-02-057293-1

« S » et « L » sont dans un bateau

Quel est mon rle ? That is the question ? Depuis la publication du Journal interrompu de Sylviane Agacinski, lpouse de Lionel Jospin, certains ont rpondu cette interrogation, et non sans un tourdissant manque dlgance. Certes inspiratrice et consolatrice de L. , mais la condition de rester dans lombre; certes crivain et philosophe reconnu, mais en respectant limpratif de se tenir loin de la scne politique o se bat(tait) Lionel Jospin. Ainsi, la lgitime interrogation sur la sparation entre les sphres publique et prive, on a rpondu, y compris au Parti socialiste, par linvective machiste et linjure dun autre ge. Un comble, sagissant dun penseur de la condition fminine !

Sylviane Agacinski souligne que jusquaux dernires lections [sa] vie personnelle tait reste indpendante des rythmes de la vie politique et mdiatique . Elle reconnat ainsi avoir quelque peu franchi la ligne jaune de la rserve dans laquelle elle stait toujours cantonne. Mais avec tant de discrtion que lon reste tonn de lampleur des ractions.

Pourquoi ce livre a-t-il t si mal reu ? Sylviane Agacinski reconnat quil est un crime ou dfaut impardonnable en politique, celui de ne plus tre en exercice , autrement dit au pouvoir. Lexplication semble valable, et avant den dceler dautres au fur et mesure de la lecture, on sen contentera. Pour sintresser au contenu de ce Journal.

Une tentation est de lire ces quelques 156 pages laune de leur dnouement, lchec retentissant de Jospin au 1er tour des lections prsidentielles. Ce serait videmment une erreur. Sylviane Agacinski dit avoir crit ces lignes pour rsister, lutte mme, contre un trange sentiment de vide qui la saisit aux dbuts de la campagne. Prmonition, intuition ? Non, ce serait trop kitsch pour Sylviane Agacinski. On pensera plutt une tentative de retenir le temps, de le capter par raction lacclration temporelle d au compte rebours. Sa volont faite jeu entre les mains de forces quelle abhorre, elle se soulage dans son Journal par des mots assez durs leur encontre : la dmagogie des mdias, la veulerie de certaines lites, ou encore la dferlante individualiste (Marcel Gauchet) qui frappe nombre de nos contemporains. Voil peut-tre une seconde explication, non concurrente mais complmentaire, de la mauvaise rception de ce livre.

On lira avec un rel intrt ses rflexions sur les conditions dune rpublique authentiquement dmocratique soumise ni aux mots dordre simplistes (dmagogie), ni aux experts (technocratie) . Idem pour ses dveloppements, sans comparaison aucune avec les indigents manifestes fministes actuels, sur lorigine de landrocratie (une lecture hirarchique de lirrductible altrit des genres) quelle combat. Enfin, Sylviane Agacinski livre quelques chroniques de ses petites heures de Matignon, entre remerciement au personnel dvou et compte-rendu de visites amies. Transparat de ces lignes pas toujours essentielles, mais qui appartiennent au genre du Journal, la solitude - mais aussi la nostalgie, sentiment que prcisment Sylviane Agacinski stait interdit, par hygine philosophique.

Ni Journal inutile (dun Paul Morand mondain et brillant), ni mmoires inoubliables, ce court ouvrage mrite toutefois lattention du public. En affirmant navoir voulu ni sduire ni convaincre , Sylviane Agacinski pense que la libert de ton de son journal la rendu, compte tenu des vnements postrieurs sa rdaction, digne dtre dit. On ne la contredira pas, heureux par ailleurs davoir confirmation de lautonomie de Sylviane par rapport Lionel , la premire se plaant certes dans son sillage mais non comme un cho : en qualit revendique dpouse, diffrente, complmentaire et galement prsente !

Vianney Delourme
( Mis en ligne le 17/10/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)