L'actualité du livre
Essais & documentset Questions de société et d'actualité  

Le Suicide français
de Eric Zemmour
Albin Michel 2014 /  22,90 €- 150  ffr. / 534 pages
ISBN : 978-2-226-25475-7
FORMAT : 15,5 cm × 24,0 cm

Gauche ? Droite ? Avant ? Arrière ?

peine le livre est-il sorti que l'on en parle un peu partout et ric Zemmour fait polmique. Tout cela n'est pas intressant en soi car il est toujours facile de prendre un ou deux thmes, de les caricaturer et l'on obtient un scandale, ce qui fait oublier les ides dveloppes. Il en est ainsi de ce qu'crit Zemmour sur Vichy. Tout de suite, beaucoup ergotent sur la rhabilitation de Ptain, ce quric Zemmour ne fait pas, se bornant dire que ce dernier ne fut pas lhorrible antismite bien identifi contre les gentils de lautre ct. Il cite dailleurs dautres historiens que Robert Paxton comme Alain Michel (historien isralien dorigine franaise) dans Vichy et la Shoah (CLD, 2012).

Il faut donc partir de sa thse gnrale pour comprendre ce quil dit. Eric Zemmour dfend la Nation franaise stricto sensu dans sa souverainet. Il dfend l'ide que des peuples diffrents peuvent trs bien avoir des relations politico-conomiques plutt cordiales tout en conservant leurs cultures, leurs racines, leur ancrages rciproques et sans tre obligs de se pitiner les uns, les autres ou de cder au racisme. Il dfend lassimilation telle quelle fut pratique et dont il est lui-mme le fruit.

Son plus grand ennemi serait Jacques Attali, l'hyperclasse nomade qui soppose de nos jours aux peuples, aux sdentaires. Eric Zemmour tente de montrer que lultralibralisme a besoin de fracturer et de dissoudre les nations, de dcapiter les tats et leur gouvernement pour rgner, et installer un gouvernement mondial rgi par la libre circulation des capitaux, des marchandises et des personnes. Il rappelle que Marx avait crit dans le Manifeste du Parti communiste que le capitalisme avait besoin de rvolutionner et de dtruire les structures sociales de la socit existante pour aller de l'avant. Et c'est ce qui arriverait aujourd'hui ; le capitalisme dtruirait lentement et srement les nations, obligeant celles-ci s'aligner sur le monde financier et bancaire.

Cest en ce sens que Zemmour prtend dconstruire les ''dconstructeurs'' et accuse la pense 68 (Deleuze, Foucault, Derrida, Bourdieu) davoir remis en cause les catgories sociales comme autant de lieux de domination manant de la grande bourgeoisie. Or, pour Eric Zemmour, reprenant ce que disent des intellectuels peu suspects dtre des bourgeois (de droite) comme Jean-Claude Micha ou le cinaste Pier Paolo Pasolini, cest prcisment ce travail de dconstruction qui a permis de nos jours au no-libralisme davancer pour construire un individu dune flexibilit identitaire maximale (initiant plus tard le mariage homosexuel et la thorie du genre), au mme moment dailleurs o les thoriciens no-libraux comme Hayek ou Friedman ouvraient la voie la politique de Reagan et Thatcher. La diffrence entre Zemmour et Micha est que le premier prne un retour en arrire avec un tat franais fort et souverain mais encore libral l'ancienne manire alors que le second est d'un "socialisme conservateur" consquent, sans ouverture l'individu libral. Certes, cela les rapproche mais cela les distingue aussi.

Ds lors, lopposition ractionnaires-progressistes est vicie pour l'auteur car ces derniers, loin dinscrire le monde dans un progrs rel, le transformeraient en march o tout le vivant doit tre objet de consommation tandis que les premiers tentent de sauver et de permettre au monde dtre vivable et acceptable. Faut-il rappeler que non seulement Marx mais Engels aussi montraient que le capitalisme avait tout intrt attaquer la famille ?

Dans son essai, Eric Zemmour tente de montrer, en commenant la mort du Gnral de Gaulle, jusqu' nos jours, comment, par le cinma (Dupont la joie), la chanson (Balavoine), certains faits signifiants (la loi Pleven, Canal +), et des dcisions politico-conomiques (la loi de 1973), ce no-libralisme sest mondialis sous des apparats modernes et progressistes, destituant ltat franais et sa souverainet et tuant lhritage que De Gaulle avait patiemment construit. Ce no-libralisme a mis en branle lgosme libral par le regroupement en mouvements associatifs largement subventionns et rendus hypervisibles par les mdias (fminisme, mouvements LGBT, antiracisme, etc.), dcapitant peu peu les structures anthropologiques fondatrices de la socit sous prtexte davances socitales ou par protectionnisme moraliste. Or ce qui na pas progress, ce sont bien les questions sociales (chmage, logement, services publics), scindant la socit en deux.

Eric Zemmour accuse donc une petite lite politico-culturelle et mdiatique de faire progresser cette idologie no-librale contre les classes moyennes et populaires laisses labandon depuis 1983, rsultat du tournant libral du Parti socialiste auquel se sont ajoutes ensuite la droite et la politique europenne. Lchiquier politique sen est retrouv renvers. La critique socialiste du capitalisme a quasiment disparu ( part chez Micha) et a t reprise par des antilibraux de droite comme Zemmour ou Marine Le Pen tandis que la gauche traditionnelle est passe l'ultralibralisme.

Que lon soit daccord ou non avec une telle critique, celle-ci reste logique et argumente. Il reste tonnant que ses adversaires ne cessent dessentialiser les thses dEric Zemmour (fasciste, raciste, antifministe), ce qui sert leurs intrts, alors qu'ils professent une non-essentialisation des catgories incrimines.

Si lon peut critiquer Eric Zemmour, cest non pas sur sa critique de limmigration (ou de limmigration clandestine) mais dans ses tenants et ses aboutissants. Il rappelle que Georges Marchais critiquait limmigration clandestine dans son discours de Montigny-les-Cormeilles en 1981 et lui rend un discret hommage pour sa dfense des travailleurs nationaux. Le discours de Marchais montrait-il pour autant un passage du communisme lextrme-droite ? Non. Eric Zemmour note que le regroupement familial instaur en 1973 par ltat franais et des multinationales comme Bouygues, et plus tard par les accords de Schengen, instaura la libre circulation des individus et donc une leve des frontires ne permettant plus aux tats de rguler leurs flux migratoires, mais il oublie dans sa critique contre lIslam et des intgristes de pointer toute la manipulation sociale en jeu.

Car si des immigrs et des franais dorigine maghrbine occasionnent dlinquance et chmage pour certains dentre eux, ce fut bien le fait d'une politique organise afin de crer un chaos social. Cette population est bel et bien une classe populaire et proltaire largement exploite, avec de surcrot des travailleurs nationaux de souche (on parle de dumping social). Il ny a donc aucun racisme ici car nimporte quelle personne dans de telles conditions sociales pourrait faire les mmes erreurs. Parfois, Eric Zemmour en parle mais sans stendre davantage ; or il faudrait se poser la question de pourquoi et comment ltat franais a laiss venir ces problmes. De mme, il relve peu que les terroristes islamistes (salafistes) ont t en grande partie financs par lArabie Saoudite et le Qatar (pays peu dmocratiques), allis en mme temps aux tats-Unis et Isral dans leurs guerres prventives pour dstabiliser le Moyen-Orient. Les Mchants islamistes ne servent-ils pas de couverture ? Qui se sert de qui ? quelles fins ? Eric Zemmour ne peut pas critiquer seulement la perte de ltat-nation franais sans prendre en compte une politique mondiale plus large en termes de gostratgie. Aucun mot ou presque sur les attentats du 11 septembre 2001 et de lintervention des tats-Unis dans cette rgion du globe au nom du conflit des civilisations.

Si la Rpublique franaise ne reconnat pas les communauts ou les religions mais seulement les individus, Eric Zemmour, en bon rpublicain franais, a bien le droit d'attaquer les premires. Mais sil attaque lIslam, il devrait dire quelques mots plus prononcs envers le Judasme. Il attaque peu des intellectuels comme Bernard-Henri Levy qui ne cessent de dfendre Isral et les guerres prventives contre les dictateurs arabes (de quel droit ?) mais vise plus des organisations comme le CRIF, accuses dentretenir des rapports peu rpublicains avec ltat franais. Il oublie nonobstant quelles ont une prsence bien plus importante dans les mdias (sociologiquement, on y trouve bien plus de personnalits franaises juives que maghrbines). Si Eric Zemmour attaque les mdias, pourquoi les oublient-ils trangement ? Dailleurs, il ne parle pas de laffaire Dieudonn et de ses positions bien plus critiques envers le CRIF. Il est troublant la lecture que, se proclamant rpublicain et franais avant tout (avant dtre juif), Eric Zemmour oublie certaines pans dans sa critique.

On a donc limpression quil ne tire pas toutes les consquences dune politique conomique qui a abouti couper la tte des tats pour mieux asseoir le pouvoir des banques et des financiers, une critique au fond bien plus gauche que ractionnaire. Cependant, et cest le paradoxe, lessai dEric Zemmour est accus de revenir en arrire (une France arrire). L'accusant de nostalgisme, ses dtracteurs font lloge du prsentisme ou du futurisme. Ce quil dit au fond est que cette France progressiste nest plus une France souveraine et indpendante, ce qui risque de nous mener une rgression sociale, un vritable retour en arrire.

Il a des mots forts pour tablir ce constat : Lidologie de la mondialisation, antiraciste et multiculturaliste, sera au XXIe sicle ce que le nationalisme fut au XIXe sicle et le totalitarisme au XXe, un progressisme messianique fauteur de guerres ; on aura transfr la guerre entre nations la guerre lintrieur des nations. Ce sera lalliance du doux commerce et de la guerre civile (p.527).

Que lon soit daccord ou non avec l'auteur, il est plus inquitant de voir que beaucoup de ses dtracteurs aimeraient quon lui supprime ses tribunes dans la presse ou la tlvision (ce quon appelle de la censure), rduisant la dmocratie par la libre expression des ides une socit o lon ne discute qu'avec des gens du mme avis que soi. Cest faire peu dhonneur la Dclaration des Droits de lHomme de 1789. Est-ce que ces mmes personnes auraient tolr que les penseurs de 68 dont ils se rclament soient censurs de la mme faon ? La rcente polmique opposant lcrivain Edouard Louis Marcel Gauchet en est lillustration.

Yann Leloup
( Mis en ligne le 03/11/2014 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)