L'actualité du livre
Essais & documentset Questions de société et d'actualité  

Sept ans de solitude
de Eric Halphen
Denoël - Impacts 2002 /  19 €- 124.45  ffr. / 248 pages
ISBN : 2.207.25338.4

Le printemps des juges

C’est le printemps des juges. Coup sur coup, et alors que le magistrat Eva Joly a demand sa mise en disponibilit de la place Vendme, deux minentes figures de la Justice franaise publient leurs minutes personnelles. Sur deux modes toutefois bien diffrents. Si Laurence Vichnievsky, dans Sans instructions (Stock) se dit sereine, Eric Halphen, quant lui, dit la "solitude" du juge d’instruction dcid remplir sa mission. Retour sur une carrire peu ordinaire qui a connu un coup d’arrt fatal le 4 septembre 2001, lorsque le juge Halphen est dessaisi du dossier d’instruction sur les HLM de Paris. Le parquet de la capitale prend pour prtexte des vices de procdure, ce qu’Eric Halphen dnonce, naturellement. Premires charges qui en annoncent d’autres, dans ce qui devient vite un bilan o l’amer l’emporte largement sur le doux. Dans la colonne du passif, des noms, familiers pour avoir dfray la chronique judiciaire et souvent bien au-del, des sept dernires annes : HLM de Paris, OPAC (sic), Didier Schuller, rapport Xavire Tiberi, cassette Mry, affaire Marchal… jusqu’ la convocation, en qualit de tmoin, du prsident de la Rpublique, Jacques Chirac, dans l’affaire de la gestion du parc HLM de Paris.

On ne trouvera toutefois pas, dans ce livre, ce qui fait le succs de la presse scandale : les rvlations. Peu de dtails croustillants ; presque pas de noms ; de trs rares attaques personnelles. Eric Halphen est sobre. Il s’en tient une discrtion doublement fonde, selon lui : par la loi, qui veut que l’on taise les dtails d’une instruction ; par l’honneur galement. Il n’est toutefois pas d’une grande tendresse, ni pour ses collgues magistrats, ni pour ses ministres de tutelle (seul le premier des quatre trouve un peu grce ses yeux). Journalistes, avocats, policiers, politiques dfilent, corps aprs corps, devant le tribunal Halphen ; et son rquisitoire n’est pas clment. Enfin, revenant sur la multiplication des "affaires" dont il est un des symboles, Eric Halphen explique le pourquoi de cette "juridicialisation" des affaires publiques, et en premier lieu, de la politique. La dcentralisation, qui a donn un pouvoir indit aux lus locaux – et donc suscit des tentations de corruption proportionnelles – est une explication majeure. La seconde dcoule du phnomne de l’alternance et de la cohabitation, qui veut que les partis au pouvoir n’empchent pas les affaires concernant les partis adverses d’tre instruites.

Du rcit d’un dsamour grandissant, celui du juge Halphen et de la justice franaise, que retenir ? Eric Halphen crit, pathtique : "J’ai profondment aim mon mtier", pour expdier son bilan de magistrat d’un laconique "tout a pour a". Quelle est la part de thtre dans cette chronique d’une mort annonce ? Faut-il croire le juge Halphen ? Lorsqu’il dit le parquet aux ordres de son ministre de tutelle, sans aucun doute. Lorsqu’il dnonce l’arbitraire et l’irrgularit des dcisions ayant dbouch sur sa chute, on peut s’interroger. Au moins parce que le lecteur ne peut juger sur de simples affirmations… On trouvera donc le dossier de la dfense Halphen un peu lger.

Vianney Delourme
( Mis en ligne le 07/03/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)