L'actualité du livre
Essais & documentset Questions de société et d'actualité  

Gay New York - 1890-1940
de George Chauncey
Fayard 2003 /  25 €- 163.75  ffr. / 554 pages
ISBN : 2-213-60122-4
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu: titulaire dune matrise de Psychologie Sociale (Paris X-Nanterre), Mathilde Rembert est conseillre dOrientation-Psychologue de lEducation Nationale.

Pas si triste

Dix ans aprs sa parution aux Etats-Unis o il a t prim, le trs attendu Gay New York arrive enfin dans lHexagone, traduit par Didier Eribon, biographe de Foucault et spcialiste de la question gay en France. Dans cet imposant ouvrage de cinq cent pages, illustr de photographies dpoque, de dessins de journaux et daffiches, lhistorien Georges Chauncey remet en cause les ides reues sur la situation de lhomosexualit masculine avant la Seconde Guerre Mondiale.

Cest bien connu : le monde gay avec ses quartiers o lon trouve des tablissements commerciaux, sa langue, ses traditions et son histoire collective, sa littrature et son thtre, nest apparu que dans les annes soixante. La rvolte de Stonewall en 1969 a donn toute son ampleur au mouvement dmancipation gay qui a conduit lheureuse situation de libert et de tolrance que nous connaissons aujourdhui. On narrte pas le progrs. En comparaison, le sort des homosexuels de la premire moiti du vingtime sicle fait frmir : isols en raison de lhostilit dont ils faisaient lobjet, invisibles par peur des reprsailles, touffs par la haine de soi ces pauvres gens ont certainement eu une vie pouvantable. Voyez plutt ces terribles lois des annes trente et quarante, qui pnalisrent les bars ou restaurants servant des gays ou des lesbiennes ainsi que les thtres prsentant des pices contenant ce genre de personnages. Comble de lhorreur, la simple tentative de drague dun homme par un autre dans la rue devint un dlit.

Mais au fait, pourquoi sacharner dans les annes trente et quarante crer des lois portant sur un univers gay qui, comme chacun sait nexiste pas ? Quel besoin la puissance publique a-t-elle de lgifrer contre des tres isols, invisibles et convaincus de leur ignominie ? Tout simplement, explique Chauncey, parce quun monde gay trs dvelopp existait bel et bien dans le New York davant-guerre, de mme que dans dautres grandes villes. Ancre dans les quartiers ouvriers peupls dimmigrants et de noirs, cette vie gay tait tout fait visible, dans les cafs, les bals, les scnes de cabarets ou dans la rue. La condescendance dont nous faisons preuve envers les acteurs de ces temps rvolus nous pousse loubli. Une rsistance gay officielle sexprimait par le biais de lettres, de livres ou darticles polmiques. Sans parler de la rsistance officieuse dans le quotidien. Pas de placard, donc, mais plutt une double vie. Les gays subissaient certes le harclement de la police et des ligues de vertu et risquaient de perdre leur respectabilit sociale, mais cela na pas empch la persistance de moments et de zones de libert.

Que sest-il donc pass aprs la Deuxime Guerre mondiale pour que cet univers sombre dans loubli ? Laffichage en public de lhomosexualit contribuait miner les normes de genre et de sexualit, dj battues en brche par laffaiblissement de lautorit morale et le bouleversement de la hirarchie sociale de lpoque de la Prohibition, de la Dpression et de la guerre. Poussant les bars la clandestinit, la Prohibition avait eu pour effet de favoriser lextension de la culture gay. Cest par raction que le lgislateur des annes trente et quarante sy est attaqu. Ces censures et interdictions eurent quelque succs. Do la constitution du placard aprs-guerre - poque trs rcente. On narrte pas le progrs.

Lexpression coming out (signifiant aujourdhui sortir du placard), elle, tait dj utilise lpoque que nous dcrit Chauncey mais dans un sens diffrent. Le coming out, chez les jeunes filles, dsignait le moment o elles sortaient pour la premire fois de faon officielle dans leur milieu et y taient prsentes le fameux bal des dbutantes. Les gays sapproprirent cette expression, ironiquement, pour caractriser une premire sortie dans un bal travesti.
Si elle permet de nuancer la signification des mots, lanalyse historique fait surtout voler en clat la catgorisation homo/htro prsente aujourdhui comme ternelle, ce qui prouve tout au plus quelle est hgmonique dans notre culture. Nous sommes actuellement dfinis par nos choix dobjet sexuel (femme ou homme), ce qui ntait pas le cas de nos anctres. Le dsir sexuel tait plutt structur par la diffrence des genres. Un homme attir par les hommes sapparentait donc une femme. Effmin, il ne respectait pas les normes de masculinit et tait suppos rechercher un homme viril. Celui-ci pouvait donc avoir des relations sexuelles avec celui-l tout en tant considr comme normal car respectant, pour sa part, les normes du genre.

Pendant la deuxime moiti du vingtime sicle, le choix dobjet sexuel a pris le pas sur le genre dans la construction des catgories. Leffminement a cess dtre une obligation pour les gays, qui ont adopt une apparence plus virile. La crainte des crimes sexuels stant rpandue dans le grand public, certains ont accus les homosexuels dtre des agresseurs en puissance. Aprs tout, sils taient capables de rejeter les normes du choix dobjet sexuel, ils pouvaient aussi sen prendre aux enfants Limage de lhomosexuel sest donc assombrie : du personnage amusant et sans dangerosit de la tante, on est pass un tre douteux, associ au crime. On narrte pas le progrs.

Que le lecteur impressionn par la longueur de cet ouvrage ne sinquite pas : trs descriptif, contrairement des textes plus conceptuels, il demeure facile lire, mme pour celui qui nest pas familier de lhistoire. Le voyage auquel Gay New York nous convie travers le temps et lespace est mme divertissant. Mais il met en lumire le caractre illusoire de la croyance dans un progrs permanent en montrant comment un mouvement dmancipation peut faire marche arrire une priode donne. Il se peut que les lendemains dchantent. Voil qui ne fait pas plaisir.

Mathilde Rembert
( Mis en ligne le 14/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)