L'actualité du livre
Essais & documentset Questions de société et d'actualité  

Cuba, le livre noir
de Reporters sans frontières et collectif
La Découverte 2004 /  16 €- 104.8  ffr. / 221 pages
ISBN : 2-7071-4278-6
FORMAT : 13x22 cm

L'auteur du compte rendu : actuellement en DEA Paris-I, Bastien Lestang est historien amricaniste.

Un besoin urgent de démocratie

Voici un ouvrage collectif runissant les rapports de diverses associations luttant en faveur de la dfense des droits de lhomme et qui dnoncent leur violation flagrante loccasion de la vague de rpression politique qui sest abattue sur lle. En effet, mars 2003 correspond une vague darrestations de 75 dissidents au rgime castriste. Parmi les personnes emprisonnes, figurent essentiellement des journalistes, conomistes, mdecins et militants de partis dmocrates jugs illgaux. Les ractions internationales nont pas manqu mais seules les ONG semblrent se mobiliser rellement sur cette question.

Amnesty International nous dcrit dans le dtail les chefs daccusation utiliss par le gouvernement cubain pour inculper les dissidents ainsi que la procdure de condamnation. Parmi les chefs daccusation, on retrouve essentiellement les suivants : propagande ennemie, irrespect, dsordres publics Les preuves apportes par le gouvernement sont essentiellement lies aux moyens de communications mdiatiques :
- le fait de recevoir des fonds ou du matriel en provenance des Etats-Unis. Cette preuve est une sorte de dnonciation de la loi amricaine Helms-Burton qui prvoit le financement de groupes dopposition cubains par Washington.
- les interviews accordes des organes de presse financs par les USA.
- les relations entre des citoyens cubains et des organisations de dfense des droits de lhomme.
- les contacts avec des lments hostiles Cuba.
- la participation aux agissements de groupes non autoriss : associations, syndicats, etc.

Les procs des dissidents ont t extraordinairement rapides et organiss par une justice aux ordres du rgime castriste. La dfense des prvenus est effectue par des avocats qui sont employs de lEtat. Inutile de souligner que lon doute fort, dans de telles conditions, de limpartialit de la dfense dans les procs en question. En quelques jours, les 75 dissidents ont t condamns des peines comprises entre 20 et 30 annes de prison. Lassociation Reporters sans frontires estime que Cuba est devenu aujourdhui la plus grande prison de journalistes du monde.

La rpression ne se limite pas lincarcration mais galement aux conditions de vie lintrieur des prisons. Elles se distinguent hlas aussi par des violations rptes des droits de lhomme : dtention provisoire prolonge, rducation pour tous les prisonniers politiques, mauvais traitements, isolement des prisonniers y compris de leurs familles, nombreux transferts dune prison une autre, rpression des grves de la faim. De telles mesures constituent une violation vidente des engagements internationaux de Cuba alors que La Havane a sign la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dgradants (17 mai 1995). Au regard de cette Convention, les dtentions provisoires prolonges, les coups et blessures et les nouvelles condamnations de prisonniers dj jugs constituent en soi des actes de torture.

Conscient de la mauvaise image du pays que de telles violations peuvent susciter ltranger, Cuba libre rgulirement des prisonniers politiques, mais il sagit surtout dune opration de communication politique. Il faut ajouter aussi que ces librations ne sont pas inconditionnelles : elles saccompagnent ncessairement dun exil forc hors du territoire cubain.

Autre thme qui participe du rgime rpressif cubain : linvestissement tranger et la situation de lemploi cubain dans le secteur dit dollaris. Face au constant mpris affich par le gouvernement de Cuba pour ses obligations internationales, les multinationales prsentes sur lle doivent agir et dfendre les droits de ses employs. Le rapport est sign de lONG Pax Christi Pays-Bas, qui dnonce des violations systmatiques des normes de lOrganisation Internationale du Travail telles que lattribution arbitraire demploi, laffiliation arbitraire au syndicat unique, lobligation de soutien lidologie du Parti unique dans le cadre dune embauche et enfin la violation de la convention n 95 sur la protection des salaires . Pax Christi conclut en disant : les investissements trangers sans restrictions Cuba entretiennent un rgime rpressif et les profits que le pouvoir en retire lui permettent de mettre au placard les rformes politiques et conomiques ncessaires.

La deuxime partie de louvrage touche aux aspects juridiques cest--dire la justification lgale de la rpression. On apprend par exemple que la Constitution cubaine stipule que les liberts accordes aux citoyens ne doivent pas aller contre le systme socialiste. La rponse des mouvements dissidents sur le terrain lgal nen est que plus mritoire : en effet, Oswaldo Paya Sardias, prsident du Mouvement chrtien de libration (parti illgal) a lanc le projet Varela qui consiste en une demande de rfrendum rclamant linstauration de la dmocratie et des liberts politiques dans lle. Le 10 mai 2002, le projet est dpos lAssemble nationale cubaine aprs avoir recueilli plus de onze mille signatures.

A la lecture dune telle mine dinformations, soyons conscients dune ralit : Castro nest pas Cuba et Cuba ne sera jamais une proprit personnelle du Lider maximo ou de ses sbires. Bien au contraire, la rpression de mars 2003 rvle dautant plus la contestation grandissante de la socit civile cubaine contre le non-droit et un besoin urgent de dmocratie.

Bastien Lestang
( Mis en ligne le 19/05/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)