L'actualité du livre
Essais & documentset Biographies  

Fille à papa
de Marie-Claire Pauwels
Albin Michel 2003 /  14 €- 91.7  ffr. / 162 pages
ISBN : 222613607X

L’homme de sa vie

Grande figure de la presse féminine, Marie-Claire Pauwels dirige depuis vingt ans l’hebdomadaire Madame Figaro fondé sous la houlette de son père, l’écrivain et journaliste Louis Pauwels. Dans ce récit autobiographique, elle évoque de façon très intime et émouvante ses relations avec lui. Le ton est plein de retenue, saccadé, presque froid et laisse percer son grand chagrin d’enfance : le divorce de ses parents. Une femme en est la cause, éblouissante et coupante comme un diamant dont Louis est éperdument amoureux.
De déménagements en pensionnats, de leçons de maintien de la belle-mère en tentatives de sauvetage de François, son jeune frère, l’humour et le drame ne cessent de se côtoyer.

L’état adolescent la trouve rêveuse, elle s’ennuie, mais elle découvre la lecture. Cette passion nouvelle va la sauver.
Elle pardonnera tout à son père. Ses phrases décisives et enjouées qui la rassurent seront sa colonne vertébrale : «l’effort ne compte pas, seul compte le sur effort» ou encore, «quand on dit : soixante ans, entendez : sois sans temps !». Il sera son mentor, son âme soeur. Elle va veiller jalousement sur le déroulement de sa vie privée, s’attachant à ce qu’aucune autre ne prenne trop de place, ne devienne un danger pour elle. Elle fond devant lui, se fond dans son sillage, il la forge, lui donne sa force.
Son propre mariage n’y résistera pas. Son frère non plus. Mais la certitude et la preuve constante de l’amour de ce père feront d’elle une femme de tête. Elle tirera le meilleur d’elle-même de la confiance qu’il lui fait dans le travail, l’ambition et le talent feront le reste : le succès ininterrompu de Madame Figaro.

On est touché, admiratif, devant tant de lucidité où simplicité et courage sont la trame de ce témoignage d’amour qui dit tout, ne cherche pas à dissimuler les côtés moins glorieux du personnage très en vue. Il n’y a rien de mélodramatique dans ces phrases rapides aux mots choisis pour dire le pire désarroi. Même au moment des adieux définitifs.
C’est bien cela «devenir une grande personne».

Blandine de Rivoyre
( Mis en ligne le 15/01/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)