L'actualité du livre
Essais & documentset People / Spectacles  

Les Ecofictions - Mythologies de la fin du monde
de Christian Chelebourg
Les Impressions nouvelles - Réflexions faites 2012 /  19,50 €- 127.73  ffr. / 253 pages
ISBN : 978-2-87449-140-5
FORMAT : 14,5 cm × 21,0 cm

L'auteur du compte rendu : Charg d'enseignement en FLE l'Universit de Lige, Frdric Saenen a publi plusieurs recueils de posie et collabore de nombreuses revues littraires, tant en Belgique qu'en France (Le Fram,Tsimtsoum, La Presse littraire, Sitartmag.com, etc.). Depuis mai 2003, il anime avec son ami Frdric Dufoing la revue de critique littraire et politique Jibrile.

Demain, le pire

Nattendez pas le jugement dernier. Il a lieu tous les jours. Cette formule bien connue, quun personnage dAlbert Camus fait sienne au cur de la nuit amstellodamoise, aurait pu figurer en exergue de lessai foisonnant que Christian Chelebourg consacre aux cofictions. Mais, davantage que La Chute, cest plutt La Peste qui aura notamment nourri les rflexions du professeur de littrature dans son approche dun discours transgnrique qui hypothque autant quil philosophe la caducit de notre espce.

Prsente dans le roman depuis H.-G. Wells, la thmatique cofictionnelle sarticule durant la Guerre froide avec des peurs globales comme celles de la bombe atomique et, mme si elle est exploite dans les comics ou le roman populaire, elle trouve cette poque son mdia privilgi dexpression, le cinma. Elle connatra son apoge dans les annes 80-90, alors quelle entre en rsonance avec un certain apocalyptisme cologique, hurlant au rchauffement de la plante, la disparition de la biodiversit et la comprhensible vengeance de Mre Nature lencontre de ses plus indignes enfants: les hommes.

Dune plume lgante (mais un vernien patent ne peut crire mal) et dans une prose qui frappe par la richesse dune terminologie dont il use par souci de prcision et non de pdanterie, Chelebourg dresse un catalogue raisonn de scnarios de fin du monde essentiellement bass sur un message cologique ou environnementaliste, et que nous retrouvons au quotidien dans maintes productions hollywoodiennes mais galement dans des sries, de grands documentaires sensibilisateurs, des mangas, voire des jeux vidos. Lentreprise est plus idologique quil ny parat: Par la manire dont elles sapproprient et revisitent lhritage culturel de lOccident et notamment son bagage mythologique, [les cofictions] rvlent limage que les socits industrielles construisent delles-mmes, la place et le rle quelles assignent lhomme, les valeurs quelles se prtent. Sous lapparente transparence des propos, sous leur objectivit de faade, se cachent les reprsentations qui faonnent nos consciences et dterminent nos comportements.

lire ces analyses, on comprend que limaginaire contemporain est ptri du fantasme de la disparition globale, dautant plus inluctable quelle relve des imprities et de linconscience de ses victimes! Au fil de cinq chapitres particulirement bien agencs et toffs de nombreuses rfrences, Chelebourg explore les implications morales ainsi que les connexions avec les penses eschatologiques, magiques ou scientistes de ce que Hans Jonas appelait dj lheuristique de la peur. Dfilent les noms de Gore, Spielberg, Crichton, Ballard, Matheson, Lucas, Shyamalan, et les titres de blockbusters ou de nanars (ce sont parfois les mmes) au long de cette dclinaison gure optimiste de notre proche avenir, o la pollution est la suprme souillure, o la matrise du climat manifeste nos illusions dmiurgiques, o chaque pidmie sonne lheure du chtiment.

Lun des attraits majeurs du livre, et qui dmontre la souplesse de lrudition de son auteur, est le jeu dchos quil opre entre des crations strictement contemporaines et les mythes antiques ou bibliques. Les pages sur Cassandre, le nettoyage des curies dAugias par Hercule ou la citation de tel verset des Saintes critures dans Le Pic de Dante sont difiantes quant la permanence de schmes culturels et religieux qui imprgnent encore actuellement nos manires de voir, que lon croit si dracines de toute histoire. Ce nest pas la dflorer que de rvler que la conclusion de lauteur prne un sain Amor fati, seul juste milieu tenable entre la fascination de la puissance et la terreur de lavenir. Une attitude qui serait, la formule est trop belle pour ne pas tre cite, lultime sursaut dun Surhomme mlancolique.

Lessai de Chelebourg, passionnant dun bout lautre, nest certes pas exempt de lacunes (on regrettera par exemple quil ait omis dans son inventaire quelques pisodes particulirement emblmatiques de The Twilight Zone, ou encore quil nait pas pouss son terme ltude de lironie marquant la chane causale du Contagion de Soderbergh dans ses ultimes images); comme il contient en tout cas cinq, dix, cent autres ouvrages en germe, ces pchs vniels peuvent se rattraper aisment. On se rjouit donc de dcouvrir la suite. Si bien sr Gaa nous prte vie

Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 15/06/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)