L'actualité du livre
Essais & documentset People / Spectacles  

Les Images secondent - Bréviaire II
de Ludovic Maubreuil
Éditions Alexipharmaque 2012 /  19 €- 124.45  ffr. / 154 pages
ISBN : 978-2917579206

Les fascin(ém)ations de Ludovic Maubreuil

Avec Les Images secondent, Ludovic Maubreuil poursuit sa mticuleuse entreprise de glose du Septime art, entame dans son Brviaire de cinphilie dissidente. Et cest nouveau une leon de regard quil nous dispense, avec la modestie que seule permet lauthentique intelligence.

Dans la socit actuelle, le got est pleinement devenu matire valuation: quil sagisse des performances scolaires dun enfant, dun plat prpar en vue datteindre un dner presque parfait ou de quelque informe vocalise glougloute en public, la moindre activit intellectuelle ou cratrice est soumise critres, quantification, avis dexpert (le ricanement est bien entendu permis face cette tiquette). La critique artistique nchappe pas cette tendance, et quand elle prend la peine de se prononcer, cest en gnral pour distribuer les bons points et booster les ventes dauteurs dj confirms, quil nest gure prilleux de mettre en avant ni de dfendre. Et puis, il y a toujours, coinc dans les pages du service de presse que lon reoit, un confortable folio avec rsum, prsentation de lcrivain et de son uvre, souvent dun grand secours la rdaction dun article. Plus la peine de simpliquer, un copier-coller, deux ou trois manipulations dadjectifs et emballez, cest pes.

Ludovic Maubreuil, lui, ne consomme pas le cinma. Il ne place pas les ralisateurs ou les acteurs sur une chelle de satisfaction. Il prfre interroger coups de sonde, donc dautant plus en profondeur. Lasystmatisme de son approche lui garantit une libert grande, double dun esprit aventureux qui nhsite pas emprunter les chemins de traverse. Voil pourquoi le classement alphabtique de ses notules est dfinitivement le plus appropri dcouvrir lexpression dune sensibilit taye davis mrement rflchis.

Faut-il tre soi-mme une encyclopdie vivante, une faon de Pierre Tchernia de surcrot imprgn de la pense sotrique de Raymond Abellio, pour pntrer les arcanes des rfrences qui foisonnent dans ces pages, par exemple ces opus mconnus ou en tout cas rservs un public qui nest (a priori) gure celui des aficionados de Bruce Willis? Pas ncessairement, dans la mesure o le projet de Maubreuil est, au-del de la perception visuelle du film, le dcryptage quil autorise de lpoque, ou plutt des poques celle qui l'a suscit, celle o il choue aujourdhui. Maubreuil ramasse la prcdente rflexion en un aphorisme quune facture classique quilibre merveille: Le cinma nest prmonitoire que dans la mesure o il demeure le tmoin de ce qui nest plus.

Ainsi, le travail de ce spectateur vigilant consiste semble-t-il saisir, au moment o cela dfile pour prendre vie et forme, linvisible vingt-cinquime image / seconde, celle qui colporte le sens, le message, lclair du signe. Le signe qui brille dans la pupille du monstre de The Host, dans le nom de Madame de sign Ophuls, dans loutrance de Old Boy, dans le multivers tel que lenvisage Terrence Malick, dans lexploitation du rouge par Michael Powell. Le signe qui fourmille autour de nous et qui nattend que dtre peru pour nous renchanter.

Les lecteurs coutumiers de ses articles en revue ou sur son blog retrouveront ici la prose affute de Maubreuil, qui cisle une dclaration damour certains (ou certaines, voir lentre Grandir) avec la mme aisance quil taille un costume dautres (il tait grand temps que ft dmont le lnifiant conformisme du discours sur la prostitution et le sexe distill par Bonello dans LApollonide). Et cest sans compter llgance dploye dans les rvrences, comme cet hommage passant par la forme du lexique organis en acrostiche et qui compose le nom de son destinataire, Stanley Kubrick.

Au terme de cette dambulation kalidoscopique parmi les scnes, les dcors, les plans et les fondus de son paradis perdu, Maubreuil apparat comme un pote. condition bien sr dentendre le mot posie comme ce moment privilgi o se rencontrent, dans le creuset du temps, ltre et lmotion. Quand il sagit de cinma, rien nest anodin selon Maubreuil; sa gnrosit consiste nous donner en partage les ppites que retient le tamis de son jugement. Et si la valeur est dans la raret, alors il fait bel et bien partie des Rares.

Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 20/08/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)