L'actualité du livre
Essais & documentset People / Spectacles  

Jeanne d'Arc au bûcher de Paul Claudel et Arthur Honegger
de Huguette Calmel et Pascal Lécroart
Papillon - 7e note 2004 /  15 €- 98.25  ffr. / 200 pages
ISBN : 2 940310 22 X

Genèse d'un mystère

Depuis quand n'avait-on vu des livres sur la musique aussi exigeants, aussi simples d'accs et aussi bien documents ? De titre en titre, les ditions suisses Papillon construisent un catalogue sans quivalent, qui vient combler les lacunes ou plutt les frilosits de l'dition musicale franaise.

Ce volume, le troisime de la collection 7e note, fait un point trs complet sur la gense, la cration, la rception, la fortune et la valeur d'un chef-d'uvre nglig de l'art lyrique franais, Jeanne d'Arc au bcher, suspendu au milieu du XXe sicle, gale distance du Pelleas de Debussy et du Saint-Franois de Messiaen.

C'est d'abord l'histoire d'une collaboration miraculeuse, comme le sont toujours les grandes russites lyriques, et qui faillit bien chouer. Au dpart, il y a l'ambition d'une danseuse et mcne rescape des Ballets russes, aux dgaines somptueuses de cariatide, que Paul Claudel appelle tantt la plus remarquable cratrice d'attitudes qui existe actuellement dans le monde, tantt cette toque d'Ida Rubinstein. En 1934, elle dcouvre par l'entremise du mdiviste Gustave Cohen le thtre du Moyen Age, et se met rver d'un mystre simple et grandiose dont Jeanne d'Arc qu'elle incarnerait serait la figure centrale. Arthur Honegger, le vilain canard du Groupe des Six, Suisse protestant dont Le Roi David (1924) n'est pas encore effac des mmoires, sera son musicien. Pour le livret, Ida Rubinstein songe Jehanne d'Orliac, la bien prnomme, de prfrence son ami d'Annunzio. Elle convie tout ce petit monde un dner surraliste (nappes vertes, chandelles vertes, sauces vertes) et se frotte les mains.

L'affaire semble conclue. Mais ds la fin de la rception, le musicologue Jacques Chailley fait observer Honegger qu'ainsi conu, le projet a tout du pastiche et qu'il leur faut chercher le soutien d'un grand auteur. Honegger en est bien convaincu, lui qui, deux ans plus tt, a mme song abandonner la composition, faute d'une collaboration qui parviendrait tre si totale que souvent, le pote penst en musicien et le musicien, en pote, pour que l'uvre isue de cette union ne soit pas le hasardeux rsultat d'une srie d'approximations et de concessions, mais l'harmonieuse synthse des deux aspects d'une mme pense.

C'est donc Paul Claudel, dont le travail auprs de Darius Milhaud est connu, qui hrite du chantier, malgr ses premires rticences : Jeanne d'Arc, dira-t-il, semble n'avoir t rduite en cendres que pour saupoudrer de rhtorique un monceau d'ouvrages insipides ! C'est dans le train Bruxelle-Paris, et non derrire un pilier de cathdrale, que le pote reoit le choc irrcusable, la vision de deux mains ensemble garrottes qui s'levaient en faisant le signe de la croix. La pice tait faite, je n'avais plus qu' l'crire ; ce fut l'affaire de quelques jours.

Huguette Calmel et Pascal Lcroart montrent quelle inspiration htroclite guida Claudel, dont la pice mlange allgrement Ancien et Nouveau Testament, chronique historique et Lgende dore, profane et sacr, et mme des rfrences coraniques ! Arthur Honegger, qui l'coute rcite de la bouche de Claudel en dcembre 1934, s'en trouve muet et mortifi, mais relve le gant. Et c'est finalement la commanditaire, incapable de monter luvre, qui lui fait dfaut, de sorte que Jeanne ne sera cre, quasi contre sa volont, qu'en mai 1938, Ble, en version oratorio, par Paul Sacher, dans des dcors d'Alexandre Benois. La cratrice du rle, rduite au statut de comdienne, a cependant russi faire interdire la publication du livret dans un sursaut d'orgueil bless ! Marque ultime du chef-d'uvre : reprsent Orlans en mai 1939, il se trouvera un plumitif trs mal inform pour dplorer qu'aprs les Anglais, ce soit au tour de la juive Ida Rubinstein et du juif Arthur Honegger d'investir la cit

L'ouvrage dHuguette Calmel et Pascal Lcroart, qui combine les mrites d'tre bien crit, exhaustif et remarquablement illustr, se complte d'tudes musicologiques, d'analyses littraires et dramatiques. Il passe en revue les mises en scne les plus marquantes de l'uvre depuis sa cration notamment celle de Roberto Rossellini, Paris en 1954, avec Ingrid Bergman, l'un des derniers bonheurs terrestres accords au pote. Ida Rubinstein avait voulu un mystre ; elle aura suscit un miracle.

Olivier Philipponnat
( Mis en ligne le 25/10/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)