L'actualité du livre
Philosophie  

Introduction au Logos du monde esthétique - de la Chôra platocienne au schématisme transcendantal et à l'expérience phénoménologique du monde
de Jacques Garelli
Beauchesne - Bibliothèque des archives de philosophie 2000 /  51.15 €- 335.03  ffr.
ISBN : 2701014123

Introduction au Logos du monde esthétique

Ds 1966, dans La Gravitation potique, la mditation philosophique et potique de Jacques Garelli se dploie autour d’une ide majeure et fdratrice, celle de la pr-individualit A ce titre, son dernier ouvrage intitul Introduction au Logos du monde esthtique, publi en octobre 2000 aux ditions Beauchesne, marque tout autant une continuit qu’une tape importante au sein de l’oeuvre. Jamais en effet le dialogue nou avec le pre de la phnomnologie n’avait atteint un tel degr de radicalit, jamais les analyses des grands textes husserliens n’avaient rvl aussi clairement la proximit qui unit les deux penseurs, mais galement les divergences profondes qui les opposent.

Une longue tude de la premire partie d’Exprience et jugement permet Jacques Garelli de mettre en vidence une dimension, selon lui essentielle, de la phnomnologie husserlienne trop souvent passe sous silence, ou du moins minimise, au profit de son prolongement logico-eidtique incarn par la Wesenschau. A travers la notion de Weltthesis, Husserl souligne une dimension de monde primordiale, rsolument pr-objective, prcdant toute singularit. La fondation de l’objet, mais galement du sujet, repose alors sur l’exercice d’une passivit originaire en prise sur un monde non encore objectiv, constitu de tensions irrsolues en instance d’individuation. L’Ineinander husserlien, qui sera repris par M.Merleau-Ponty en termes d’entrelacs et de chiasme, inscrit sujet et objet au sein d’un mme horizon pr-individuel, berceau de toute singularit venir. Pourtant, et c’est ce niveau que se situe la rupture avec la phnomnologie garellienne, Husserl ne saura se rsoudre accorder au Lebenswelt un privilge face l’activit rflexive, constituante et singularisante de l’Ego, seule en mesure de fonder l’objectivit fixe et immuable.

La recherche d’Essences ternelles, suspendue l’action d’un Ego transcendantal reprsente-t-elle cependant la seule alternative de la phnomnologie ? La Weltthesis ne peut-elle engendrer d’autres parcours ? Voil les questions essentielles souleves par cette Introduction au Logos du monde esthtique, dans laquelle Jacques Garelli conteste vivement l’orientation idaliste adopte par Husserl, reprise et durcie par E.Fink dans la Sixime Mditation cartsienne. Cette contestation passe ds lors par une remise en cause radicale de l’intuition catgoriale, vritable garant de l’identit de l’objet. Il ne peut en effet y avoir intuition catgoriale que dans la mesure o sont pr-donnes les singularits sur lesquelles elle opre. Pour reprendre l’exemple choisi par Husserl, affirmer que "l’or est jaune", suppose une pr-connaissance des concepts d’or et de jaune. L’intuition catgoriale, travers l’acte prdicatif, prsuppose l’unit, or, c’est prcisment cette unit pralable qui est remise en question.

Ds les Recherches logiques, Husserl voquait un "paralllisme entre pense et langage", dans sa qute d’objectivit, il sera conduit valoriser la pense prdicative, et se prononcer en faveur d’une correspondance terme terme entre grammaire et logique. Pour Jacques Garelli, cette position est absolument intenable, en ce qu’elle manque le lien originaire de l’homme au monde, lien proprement parler ant-prdicatif. Le problme n’est donc pas de savoir s’il peut ou non y avoir adquation entre le "syntactique" et le "syntaxique", en termes kantiens, Husserl se situe d’ores et dj en rgime dterminant, alors qu’il faut au contraire retrouver la dimension rflchissante du penser.

Un examen approfondi des thses linguistiques de Benveniste, associ une relecture des premire et troisime Critiques kantiennes, permet Jacques Garelli de poser un irrductible excs du penser l’gard de la logique, du rflchissant face au dterminant. Sans prtendre aucunement identifier horizon de monde husserlien et thorie du jugement rflchissant, l’auteur s’efforce toutefois d’en dgager les points de convergence. Ceux-ci se situent au niveau de la prsence pathique du monde, qui, chez Kant, s’incarne dans l’activit pr-catgoriale de l’entendement pur dans son libre jeu avec l’imagination transcendantale. A cet gard, l’oeuvre d’art (dans son acception la plus large) revt chez Jacques Garelli un statut tout fait privilgi. Dans son dploiement temporalisant et "mondifiant" elle scrte une "nostalgie" qui ramne l’homme une dimension originaire d’tre-au-monde, inconnue des approches structurelles ou symboliques. Les profondes analyses du Dulle Griet de Bruegel illustrent parfaitement cette d-mesure de l’œuvre d’art, d-mesure que Jacques Garelli exprime pleinement dans son oeuvre potique. Au travers des individualits provisoires de l’oeuvre d’art, le regard prouve toute la prsence sourde du monde. C’est ce monde o nos certitudes les plus assures perdent leurs assises, que nous invite rejoindre cette Introduction au Logos du monde esthtique.

Jean-Pierre Carron
( Mis en ligne le 13/02/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)