L'actualité du livre
Philosophie  

Auguste Comte aujourd'hui
de Michel Bourdeau , Jean-Francois Braunstein , Annie Petit et collectif
Kimé - Philosophie-épistémologie 2003 /  23 €- 150.65  ffr. / 321 pages
ISBN : 2-84174-315-2
FORMAT : 15x21 cm

Prcd de Michel Houellebecq : Prliminaires au positivisme

Michel Bourdeau collabore Parutions.com.


De l'actualité du positivisme

Un colloque international, Auguste Comte, aujourdhui, sest tenu Cerisy-la-Salle, en Basse-Normandie, du 3 au 10 juillet 2001. Cette rencontre runissait 26 confrenciers, sociologues, historiens et philosophes. Ce fut loccasion daborder tous les aspects de luvre de Comte : pistmologie, politique et esthtique, et plus gnralement, le XIXe sicle. Diverses notions furent tudies : IIIe Rpublique, Dictature, Mmoire, Histoire, Mathmatiques, Biologie, Sociologie, Statut de la femme, Religion, Art, Positivisme au Brsil, en Tchcoslovaquie, Positivisme logique, Comte et ses contemporains...

Les actes de ce colloque viennent dtre publis, en deux parties : la premire, chez Kim, sous la direction dAnnie Petit, Jean-Franois Braunstein et Michel Bourdeau, avec une prface de Michel Houellebecq, et la seconde, aux Presses Universitaires de Septentrion, dans la Revue dHistoire des Sciences Humaines (2003,8).

Auguste Comte est marqu par son poque, et ses rflexions sont replacer dans un contexte historique, politique et social bien prcis. Dans Un peu de science pour tout le monde, Claude Allgre commence par la notion datome, symbole de la modernit, et en retrace lhistoire. Il en vient parler des liens entre le mouvement positiviste et les chimistes anti-atomistes sous la IIIe Rpublique :
Ils taient rationnels, laques, rpublicains et positivistes[] Les dgts commis par cette clique furent considrables.[] Ils voulaient fonder une Religion de la science. En matire de sciences, ctaient eux la rfrence. Un rpublicanisme intransigeant cimentait cela, et cest ainsi que les dners rpublicains se multiplirent contre la fausse science - dners auxquels participa notamment le jeune normalien Jean Jaurs [] Pourtant, ces gens ntaient ni stupides, ni ignorants[]. Claude Allgre finit par avouer : Je regrette de navoir pas russi, lorsque jtais ministre, faire enlever la statue dAuguste Comte de la Place de la Sorbonne et la remplacer par celles de Victor Hugo et Louis Pasteur. Nous nous sommes contents de lui faire subir une rotation : dsormais, il tourne presque le dos la Sorbonne.

Contrairement ce quaffirme M. Allgre, il y a de bonnes raisons de penser que luvre de Comte est un prcieux outil de rflexion pour comprendre notre poque. En effet, en tant que fondateur de la sociologie, Comte cherchait comprendre le collectif, analyser de manire scientifique son fonctionnement, ceci afin de remdier aux maux du corps social. Comte avait trouv la spcificit de la ralit sociale : celle-ci nest pas dcomposable en individus. Un agrgat dindividus ne peut suffire pour former une socit, laquelle ne peut fonctionner sans un lien organique qui relie les individus en un tout suprieur. La socit est une association entre les hommes qui doit dpasser les intrts particuliers des individus.

"La dcomposition de l'humanit en individus proprement dits ne constitue qu'une analyse anarchique, autant irrationnelle qu'immorale, qui tend dissoudre l'existence sociale au lieu de l'expliquer, puisqu'elle ne devient applicable que quand l'association cesse. Elle est aussi vicieuse en sociologie que le serait, en biologie, la dcomposition chimique de l'individu lui-mme en molcules irrductibles, dont la sparation n'a jamais lieu pendant la vie. (Systme de politique positive, Tome II, chap.III).

Le positivisme nous rappelle ainsi que les notions dhumanit, de collectivit et de corps social ne sont pas dmodes mais constituent la base de toute rflexion sur le politique.

Aurélia Giusti
( Mis en ligne le 17/03/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)