L'actualité du livre
Sciences, écologie & Médecineet Médecine & psychologie  

Nous sommes tous des patients
de Martin Winckler et Catherine Nabokov
Le Livre de Poche 2005 /  6,00 €- 39.3  ffr. / 220 pages
ISBN : 2-253-11243-7
FORMAT : 13x18 cm

Le José Bové de la médecine française

Martin Winckler le gnraliste quon ne prsente plus- se livre dans ce petit ouvrage lexercice difficile de linterview, rondement mene ici par Catherine Nabokov qui ne lui pargne rien. Beaucoup de questions droutantes (comment le mdecin coute-t-il le patient ? pourquoi devient-on mdecin ?) donc, avec en filigrane un constat simple et dsesprant : lincomprhension qui spare les tres, et par consquent le mdecin de son patient, et limpossible relation dgalit entre un soignant qui dtient le savoir et un soign qui na que sa souffrance pour compagnie.

Fort de son exprience, Martin Winckler pose videmment un regard intressant sur la pratique mdicale actuelle, et ne manque pas de soulever des questionnements dontologiques essentiels. Chacun en prend pour son grade : laboratoires, politiques, spcialistes Avec parfois un ton quelque peu revanchard envers ces mmes spcialistes justement, qui met jour les vieilles guerres intestines et puriles opposant des lments qui devraient pourtant marcher dans le mme sens. La dshumanisation des grands Centres Hospitalo-Universitaires (CHU) y est de plus largement dcrie et on ne peut que rejoindre linterview sur sa svrit envers un systme sclros et profondment imbu de lui-mme.

Martin Winckler se laisse ainsi parfois aller une vision trs sombre de la mdecine, et met le doigt l o a fait mal : il dnonce ple-mle la mauvaise formation des futurs praticiens -ingalitaire et trop thorique avec un concours de premire anne parfaitement idiot-, la prtendue puissance des mdecins ou encore le peu de considration apporte aux malades. Mais il ne fait finalement que survoler des sujets qui mriteraient dtre plus approfondis et saccordent mal de quelques opinions personnelles peu argumentes, faute de place. On regrette par exemple que la problmatique de la mdecine en tant que science humaine ne soit pas plus dveloppe au cours de ces quelques deux cent pages, fragile condition qui la met la fois constamment en danger mais la rend aussi passionnante. Dchir entre la volont (et la ncessit) de rationaliser, de mesurer, de contrler et celle de prendre lHumain dans sa globalit, lart mdical rside ni plus ni moins appliquer des gnralits et des lois statistiques des cas particuliers qui ne pourront pourtant jamais tre rduits de simples catgories. Ce pari douloureux est en passe dtre perdu, avec la tendance actuelle une drive techniciste dont se plaint Winckler, qui relve de la responsabilit de tous, et non pas uniquement de celle des praticiens : lobligation de rsultats (de plus en plus prgnante), la recherche de coupables et de ddommagements de la maladie et le refus de la fatalit minent une mdecine dj en proie une crise existentielle profonde. Notre condition de simple mortel nous est tout simplement inacceptable lheure o plus rien ne semble pouvoir entraver lHomme dans son exercice de libre-arbitre (sauf la mort justement) et o lon peut liminer Karima en tapant 1.

Lentretien tombe par ailleurs souvent dans le travers de la terminologie pompeuse, martel de formules digne dun publicitaire avis et gangren par une rhtorique agaante et sentencieuse de bon samaritain : Et si je me trompe, je trouve moralement moins pnible de me tromper avec le patient que de vouloir avoir raison contre lui. Dmagogie, quand tu nous tient Passons outre le fait que les devoirs du patient envers ses soignants soient totalement occults (bien que ne pas sy tenir nous expose au mpris justifi de ces derniers) et que la dimension mdico-lgale de la relation mdecin/malade soit quasiment passe sous silence pour retenir les anecdotes piquantes qui parsment ce long dialogue : Winckler se gargarise ainsi des perles rencontres au cours de son exercice, histoires de chasse tantt amusantes, tantt tragiques qui aurolent lensemble dune touche trs ancien combattant. Mais que penser finalement de lavis dun mdecin qui nest plus en activit depuis plusieurs annes, et qui croit encore la toute-puissante du docteur dans notre socit? Personne na donc os lui souffler que cela fait belle lurette que le mdecin est descendu de son pidestal et que son combat contre un statut qui nest plus sapparente dangereusement une lutte contre des moulins vent ? Et comment ne pas tre irrit par les positions dogmatiques et bien-pensantes dun crivain succs narcissique (ou vendeur, cest selon) qui noublie pas de ponctuer au passage ses propos des rfrences de ses diffrents ouvrages, disponibles dans toutes les bonnes librairies ?

En dfinitive, ce livre sadresse avant tout aux tudiants en mdecine, puis aux praticiens, offrant des pistes de rflexion sur les grandes problmatiques de lexercice mdical, avec ses incertitudes et ses alas. Avec le regret que cette goutte deau dans un ocan de dysfonctionnements ne bouleversera pas du jour au lendemain leur pratique quotidienne

Océane Brunet
( Mis en ligne le 15/03/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)