L'actualité du livre
Sciences, écologie & Médecineet Ecologie & nature  

La Face cachée de l'écologie - Un anti-humanisme contemporain ?
de Laurent Larcher
Cerf 2004 /  24 €- 157.2  ffr. / 270 pages
ISBN : 2-204-07349-0
FORMAT : 11x20 cm

Lauteur du compte rendu : Rmi Luglia, professeur agrg dHistoire et interrogateur en deuxime anne dans une classe prparatoire commerciale, est doctorant Sciences-Po Paris o il mne une recherche sur lhistoire de la protection de la nature en France de 1854 nos jours travers le mouvement associatif.

Un livre partisan

De toute vidence, Laurent Larcher aime la polmique. Cest ce que laisse supposer son ouvrage, ambigu par bien des aspects. Lauteur est historien des ides. Nous aurions t en droit de nous attendre une analyse historique de lcologisme (et non de lcologie comme le laisse entendre tort le titre), oriente bien sr comme toute analyse, mais nuance et impartiale dfaut dtre objective.

Et cest bien un travail dhistorien que nous avons dans un bon tiers du livre, avec des notes abondantes, une bibliographie prcise, de nombreuses citations remises en contexte et dont les sources sont clairement identifies (mme si elles dbouchent parfois sur de la paraphrase), ainsi que des explications argumentes et nuances dvolutions ou de phnomnes historiques.

La deuxime partie de louvrage est cet gard la mieux conue et la plus intressante. Lauteur retrace de manire claire et prcise lhistoire de lge dor et du paradis terrestre, dans une entreprise russie dhistoire culturelle. Avant, ctait mieux : cette thmatique, trs prsente dans les tmoignages historiques et, par consquent, dans les mentalits, est ici explore laune de lcologisme. Ces fantasmes sont en partie lorigine de lidologie cologiste, en tout cas lun de ses ressorts les plus importants.

On peut simplement regretter le parallle provocateur fait entre cologisme et nazisme mme sil est exact que certains cologistes extrmistes, trs peu nombreux, prsentent dimportantes convergences dides avec le nazisme. Mais la gnralisation fait rarement bon mnage avec lHistoire.

Un deuxime tiers de louvrage peut tre considr comme une profession de foi chrtienne. Lauteur, laune de ses propres convictions religieuses, va chercher prouver tout dabord que lcologisme est intrinsquement anti-chrtien, et donc anti-humain, et que, ensuite, une vritable cologie chrtienne existe, particulirement travers les dits et les actions de Jean-Paul II. On conseillera au lecteur intress par cette thmatique de consulter louvrage dHlne et Jean Bastaire (Pour une cologie chrtienne, Cerf, 2004) : il explore les dimensions cologiques du christianisme, sans exonrer les chrtiens de leurs responsabilits (au contraire, semble-til, de Laurent Larcher), ni diaboliser et caricaturer les cologistes.

Cest ce dernier point qui est le plus dcevant, et le moins historique au sens de la mthode employe, dans le prsent ouvrage, de sorte que le dernier tiers de son livre est sujet de fortes cautions (la premire partie essentiellement). Lauteur reste dans la confusion entre cologie et cologisme. Il les met sur le mme plan alors que lcologie est une discipline scientifique et lcologisme un mouvement social, politique et idologique. Il existe des passerelles entre les deux mais elles ne sont pas obligatoires. On peut difficilement nier tout crdit scientifique aux travaux sur lcologie du Professeur Franois Ramade ou du regrett Thodore Monod par exemple. Rien de commun en tout cas avec un Daniel Cohn-Bendit. A moins de faire preuve dun parti pris idologique qui empche dtudier et, plus grave pour un historien, de prsenter de manire impartiale un phnomne.

Or, cest, parfois, limpression qui se dgage de certains passages de louvrage. Prenons lexemple du loup dans le Mercantour (pp.47-48) : lauteur met sur le mme plan les deux thses sur larrive des loups. Or ces deux thses nont pas la mme valeur : lune, qualifie dofficielle, est issue de travaux effectus par des scientifiques aux comptences et mthodes reconnues par leurs pairs ; lautre est celle colporte sans argumentation scientifique par certains leveurs et lus locaux. La partialit est flagrante au vu du nombre de lignes alloues chacune delle : quatre lignes pour la premire thse, vingt-huit pour la seconde

Autre marque de parti pris, lauteur dnonce en introduction le catastrophisme cologiste (ce en quoi il na pas forcment tort) et sinterroge sur limposture de ceux qui y joignent leurs voix. Mais, on constate avec regret que dans son chapitre sur lcologie chrtienne, il donne foi aux paroles de Jean-Paul II qui salarme de la dgradation gnrale de lenvironnement : constat quil reprend mme son compte en conclusion.
Plus grave encore, Laurent Larcher dresse une typologie caricaturale des mouvements cologistes (il est vrai que lextrme clatement et la diversit de cette mouvance rendent lentreprise typologique ardue et hasardeuse). Ce faisant, il ralise un amalgame dangereux entre les diffrents courants en prsentant le terrorisme cologiste comme leur avenir commun probable. Lauteur crit par exemple, propos dcologistes qui militeraient pour lextinction de lespce humaine afin de sauver la plante : Ces fanatiques sont-ils des marginaux sans avenir ? Rien nest moins sr si nous abandonnons lhumanisme pour lcologisme (p.121).

A la lecture de louvrage polmique de Laurent Larcher, la thse sans nuance, on a l'envie de lui poser une question : pourquoi lhumanisme devrait-il tre ncessairement anti-cologique ?

Rémi Luglia
( Mis en ligne le 16/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)