L'actualité du livre
Rayon gay & lesbienet Littérature  

Trois amours de ma jeunesse
de Danièle Saint-Bois
Julliard 2018 /  18 €- 117.9  ffr. / 182 pages
ISBN : 978-2-260-03222-9
FORMAT : 13,3 cm × 20,2 cm

Éducation sentimentale

. «Un jour enfin, les réponses à toutes les questions que je me posais sur moi, sur mes sentiments, sur ce que je ne savais pas nommer m’apparurent dans une limpidité absolue sans pour autant m’apporter un quelconque apaisement bien au contraire». Danièle s’est mariée, a eu des enfants qu’elle adorait, mais elle a découvert assez jeune qu’elle était attirée par le sexe féminin. Dans les années soixante-dix, il était impossible de l’avouer surtout à la campagne où elle vit. Les mentalités étaient trop étriquées.

L’auteur ne cache plus son homosexualité maintenant et la disparition d’une amie qu’elle a passionnément aimée en cachette dans sa jeunesse l’oblige à se remémorer ce long et difficile cheminement vers la liberté d'être soi. La libération sexuelle n’a pas encore atteint les campagnes, les mentalités restent hostiles à tout ce qui sort de la norme. Seuls, la lecture, l’écriture - qu’elle pratique dès son adolescence - et le théâtre qu’elle anime lui offrent d’autres horizons.

Quand elle rencontre Mia, elle est subjuguée par sa beauté, ses mèches blondes, mais elles n’échangeront qu’un seul baiser timide. Le souvenir des deux autres jeunes filles est plus douloureux : Frankie, adolescente féroce, son premier coup de foudre au collège, qui jouait méchamment avec son cœur, puis, plus tard, Linda dont elle tombe amoureuse juste au moment de son mariage ; elle l’aime clandestinement avant que celle-ci, plus prude, ne la quitte par peur des autres. Chaque histoire est unique mais découle de la précédente, matière d’un long et douloureux apprentissage.

Un récit autobiographique, sincère et déchirant, que Danièle déroule à l’occasion de la mort de Mia qu’elle n’a pas revue depuis des années mais dont elle a gardé le souvenir de jeunesse. Les époques et les visages se télescopent ; la mémoire n’est jamais chronologique. Danièle considère qu’elle a gâché sa jeunesse avec cette impossibilité d’aimer et d’être aimée comme son corps et son cœur le réclamaient, avec ce tabou si ridicule qui heureusement n’existe plus.

Le style est plein de fougue à l’aune de la révolte de l’auteur et l’écriture est fluide, élégante. Un petit roman très agréable, sur les regrets que l'on peut avoir, le labyrinthe de la jeunesse, le poids de la société.

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 16/02/2018 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)