L'actualité du livre
Filmset Grands classiques  


Cléopâtre
de Joseph l. Mankiewicz
avec Elizabeth Taylor, Richard Burton, Rex Harrison, Pamela Brown, Roddy McDowall, George Cole
Fox Pathé Europa 2002 / 
Classification : Tous publics
Edition Collector 3 DVD remasterise
DVD 1 et DVD 2 (v.o., sous-titres ou doublage):
* Les commentaires audio de Jack Brodsky, Martin Landau, Chris Mankiewicz et Tom Mankiewicz
DVD 3 (non sous-titr):
* Un documentaire de 2000: "Cloptre, le film qui changea Hollywood"
* Un reportage de 1963: "La quatrime Star"
* Des archives: Premire projection sur la Cte Est (New York) et sur la Cte Ouest (Hollywood)
* Les bandes-annonces
* Une galerie d'images
* Cinmascope


Le cinma, c'est une fille et puis Jules et Jim. Ici elle a la plus belle paire de nichons du monde, et l'accent qui va avec: la plus fabuleuse audace de ce film, qui n'en manque pourtant pas, c'est de donner la reine d'Egypte les intonations cockney de Liz Taylor. Jules, c'est Rex Harrison, presque imprial, et Jim, que la guerre va emporter, c'est Marc-Antoine, ou Richard Burton, grande gouape londonienne en pectoraux de bronze de gnral romain.

L'histoire du film est bien entendu plus importante que l'histoire qu'il raconte: Mankiewicz reprend en catastrophe un projet impossible, filmer Alexandrie Londres en janvier 1961. Il impose un tournage Cinecitta et cette invraisemblable distribution qui va affoler les tablods. Dans Suddenly Last Summer, il avait dj balanc Liz Taylor dans un asile de fous. Cette fois-ci, il la jette aux Romains, dont chacun sait qu'ils le sont eux aussi. Et cette dernire fresque hollywoodienne reste la plus belle de toutes : la Fox manquera de ne jamais s'en remettre, tout comme Burton et Taylor, qui commencrent alors leur propre scnario - bien trop hystrique et improbable pour tre jamais tourn.

Malgr les coupes dictatoriales de Zanuck, en partie effaces ici puisque 20 minutes indites ont t rinjectes dans le film, Mankiewicz russit toujours imposer son style intimiste dans cette pope flamboyante: les dialogues n'chappent pas son lgance hautaine et il parvient plus d'une fois, malgr les dcors pharaoniques, tirer vers la comdie sophistique cet affrontement tragique entre Orient et Occident. Quant au rcit, il est rythm par les scnes les plus spectaculaires, qui marqurent tant Goscinny et Uderzo, et les diffrentes toilettes de Liz Taylor. De mme que dans son Jules Csar il avait rsum toute la latinit dans les mches frontales de Marlon Brando, il rduit ici, si on peut dire, la fascination de l'Egypte la poitrine de Liz Taylor, filme sous tous les angles imaginables. On se rappelle alors combien ce sujet ultra classique de la peinture du XVIIe qu'est la mort de Cloptre a permis, grce cet ingnieux aspic qui lui mordit le sein, de reprsentations de bustes abandonns et palpitants. Exactement ce que Mankiewicz offre de son actrice consentante au spectateur combl d'une telle gnrosit (d'autant plus que la qualit de l'image est excellente).

Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 25/03/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)