L'actualité du livre
Filmset Films historiques  


Les Martyrs de la révolution
de Efim Dzigan
avec Vasilij Zaj, Oleg Jakov, Raisa Yesipova, Grigorij Busuev
Bach Films 2006 /  1.07 € - 7 ffr.
Durée film 86 mn.
Classification : Tous publics
Sortie Cinma, Pays : Russie, 1936
Titre original : My iz Kronstadta

Version : DVD 9/Zone 2
Format vido : 4/3 (noir & Blanc)
Format audio : Russe mono
Sous-titres : Franais

Bonus :
- Bande annonce


My iz Kronstadta/Nous ceux de Kronstadt date de 1936. uvre du cinma russe parlant dpoque stalinienne, il a pour sujet un pisode de la Rvolution et de la Guerre civile : le rle dcisif des marins de Kronstadt en octobre 1919 pour la dfense de Petrograd (ex-Saint-Ptersbourg, dont le nom trop germanique avait t abandonn en 1914 au profit dune traduction purement russe).

L'ancienne capitale des tsars est devenue le sige du gouvernement rvolutionnaire des commissaires du peuple, majorit bolchvique, que dirige Lnine. Mais les Blancs menacent la ville par une offensive terrestre. Kronstadt, grand port militaire de la flotte de la Baltique, est pass la Rvolution en fvrier 17 et a soutenu les Bolchviks en Octobre 17. On se reportera, sur le plan cinmatographique, Octobre dEisenstein, un des grands films politico-historiques du muet sovitique, qui montre lintervention du Cuirass Aurore, quon pouvait visiter Lningrad ( lpoque sovitique) comme un muse et un sanctuaire dOctobre. Avec le Cuirass Potemkine dEisenstein, on a l une srie de films sovitiques la gloire des marins russes de 1905-1919. Le pouvoir leur assigne une place de choix dans la mmoire rvolutionnaire : soldats dlite, vivant dans le monde technique de la flotte de guerre moderne, ces hommes du peuple sont ouvriers dorigine et solidaires du proltariat, ils constituent une avant-garde de la conscience de classe et possdent les armes ncessaires la victoire de la rvolution ! De plus, leur position dans le golfe de Finlande, quelques encablures de la capitale, les rend trs utiles la prise du pouvoir dans une capitale expose laction de flottes de guerre. Cette aristocratie militaire du peuple, travaille par la propagande lniniste, sera le fer de lance de la rvolution des soldats, des ouvriers et des paysans : rejet dune guerre imprialiste, rvolution socialiste et dfense du pouvoir rvolutionnaire contre la raction blanche.

Cest ce que Les Marins de Kronstadt veut immortaliser. Il prend pour thme un vnement dramatique doctobre 1919, propre bouleverser le spectateur : le sacrifice de marins combattants, capturs par les Blancs, jets du haut dune falaise et noys une pierre au cou. Mens par linflexible et incorruptible commissaire Martynov, meneur dhommes rsolu et dvou la cause, des marins se portent volontaires pour repousser une offensive blanche sur un point stratgique et faire gagner un temps prcieux aux gens de Petrograd. Infrieurs en nombre, ils tiennent jusqu la dernire cartouche, grce leur courage et leur nergie, repoussant mme les tanks fournis par les puissances trangres qui aident les Blancs, mais sont submergs par le nombre et le matriel des assaillants. Bien que certains soient sans-parti , aucun nen fait mention ni ne renie le pouvoir sovitique face aux Blancs qui ne veulent excuter que les communistes. Pour conomiser les balles, les Blancs les mnent la falaise et y prcipite mme un volontaire adolescent. Seule, la forte tte sans-parti Artem Balachov chappe la mort grce un couteau : il coupe sa corde et nage jusqu la cte o flottent bientt, ramens par la mare, les brets de ses infortuns compagnons, martyrs de la rvolution. Il ramne du fond des eaux le corps sans vie du commissaire Martynov et le cache sous les pierres de la plage : avant-got du mausole de Lnine ? Mauvais esprit individualiste et contestataire, qui navait pas voulu entrer au parti pour raisons personnelles , Balachov est transform : il prend conscience de son devoir et met de ct sa tendance anarchisante et son indiscipline. Il va prvenir Petrograd du danger, mne des marins volontaires au combat en citant Lnine et devient un nouveau Martynov : car, suivant la parole prophtique du commissaire (le discours de Lnine, la moustache de Staline), quand un bolchvik tombe, dix prenne sa place !

Le message politique nest pas difficile saisir. Lhistoire et le sentiment sont au service de la lgitimation du pouvoir sovitique. La discipline et lobissance inconditionnelle la ligne du parti, fixe par un chef dvou la cause du peuple (Lnine, puis Staline), sont exaltes comme les seuls moyens de la victoire. Lindividualisme est tolr avec une certaine patience ici : Martynov donne sa chance Balachov, alors quil suscite la mfiance de ses camarades qui connaissent son mauvais caractre. On est dailleurs en plein mythe lniniste, aggrav au stade stalinien du dbut des annes 30 : lhistoire du Parti est idalise, son rapport avec la dmocratie directe des soviets, simplifi ! En 1936, il ne reste plus rien, depuis longtemps, du caractre sovitique du rgime, bien que Staline fasse voter alors la constitution la plus dmocratique du monde ! Car le PC a liquid la dmocratie directe locale au profit du centralisme dmocratique et du parti unique avant-garde et lite de la conscience de classe (forme lniniste de la dmocratie relle).

Le film prsente limage dun PC fidle la Vox populi rvolutionnaire et qui se contenterait dapporter une discipline vite accepte par les marins : mais le choix des vnements de 1919 permet docculter que les mmes marins de Kronstadt se rvolteront en 1921 contre le pouvoir bolchvique au nom de la Rvolution et du pouvoir aux Soviets ! Dune certaine manire, Balachov incarne lambigut des marins : prts suivre le PC, ils ne sont pas bolchviks mais socialiste-rvolutionnaires ou anarchistes. Le film traite indirectement de leur rvolte : il suggre que les problmes de rationnement et un certain gosme ont tourn la tte des marins rvolts (en 1919, le Bolchevik Martynov russit les raisonner en leur faisant honte de leur manque de rsistance) ; plus tard, lors du combat, les marins paniquent devant lennemi, jusqu ce que Martynov, toujours en premire ligne, les ramne leur devoir. Le film distingue aussi le noyau communiste, toujours appel en premier la rescousse et prsent en lite exemplaire malgr des moments de faiblesse, et les sans-parti, imprvisibles et capricieux, qui nont pas encore compris ou mrite ladhsion au PC ! Mais Balachov se ressaisit : il cessera mme dimportuner les femmes de ses avances, dautant que la mademoiselle ! un peu svre quil courtise assidment, nest autre quun membre combattant du PC mari un chef militaire de Petrograd ! (Fminisation du PC, mais limite et dans la morale !)

Ainsi la drive dictatoriale du PC se trouve-t-elle paradoxalement justifie par une harmonie naturelle foncire entre parti et proltariat mais aussi par la supriorit intellectuelle du PC : les Soviets sont le parti, il a d les bousculer pour faire triompher la rvolution et peut continuer les incarner mieux queux-mmes. Autre paradoxe apparent, mais logique dans le dispositif stalinien : au moment o le parti des Vieux-bolchviks davant 1914 est idalis (Martynov est Bolchvik depuis 1901 lorigine pure ! - et Balachov tremble en recueillant sa carte sur son cadavre, un ftiche !), Staline et son quipe purge le PC de la plupart des compagnons de Lnine par des purations successives, bientt par des procs avec excutions ! Evidemment : pas un mot sur Trotski, principal responsable de larme rouge, alors que limage de Martynov suggre physiquement que Staline incarne parfaitement lhritage de Lnine. La leon semble tre que si lURSS doit tre dirige par des militants de 1901 (et Staline peut sen prvaloir), beaucoup de purs sont tombs et que certains vieux communistes ont parfois eu des moments de faiblesses : accusations rtrospectives dinfidlit Lnine qui seront adresses aux tratres Zinoviev et Kamenev, bientt fusills.

Un film bien fait dans son genre, et fort intressant, qui rappelle au demeurant lintervention occidentale dans la Guerre civile et la liquidation des commissaires sovitiques prisonniers (politique reprise par Hitler en 41-43) : thme au contraire chri du cinma sovitique, voir Les 26 de Bakou.

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 16/03/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)