L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 12 mai 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  
 

Impossible retour
Kossi Efoui   Solo d’un revenant
Seuil 2008 /  17 € - 111.35 ffr. / 216 pages
ISBN : 978-2020971935
FORMAT : 14X20 cm

Date de parution : 21/08/2008.
Imprimer

Un homme, le revenant, retourne sur les terres de son passé après 10 années d’absence pour cause de conflits armés. Une ville africaine scindée en deux, des souvenirs qui ressurgissent comme des bulles d’air capricieuses remontant à la surface lisse de l’eau, les images et les souvenirs troublés par les écorchures de la guerre. Le check point, frontière virtuelle aussi grossière qu’un furoncle au milieu d’un visage, est le sésame libérateur qui permet au revenant de retrouver les sillons de son histoire. «Les Forces Internationales Neutres» encadrent les soldats autochtones. L’inconsistance réactionnelle de ces derniers réveillent les vieux démons du colonialisme tant les ordres ont le goût acide et aride de la domination.

Une fois le papier d’identité en poche, le revenant se confronte aux bouleversements visuels, idéologiques et culturels rendus d’autant plus flagrants que l’exil a duré une décennie. Il cherche en ravivant sa mémoire, il essaie de comprendre en comparant son passé de jeune étudiant avec tout ce que ses yeux captent et dont il ne saisit pas la subtilité. Trop de différences, trop d’amertumes qui s’amoncellent dans son esprit. Sa quête semble pourtant claire et profondément intime, liée à la trajectoire de ses deux amis Asafo Johnson et Mozaya. Érudits et passionnés de théâtre du temps où ils étaient des étudiants emplis de rêves et d’illusions, prompts à redessiner le monde dans les bars et autres maquis, la guerre a séparé les trois amis trop brutalement.

Le souvenir de Mozaya, mort durant la guerre, et le revirement lâche d’Asafo sont les brûlures vives qui taraudent son cœur et conditionnent les contours de son retour. Comme pour exorciser les mélancolies du passé et les errances du présent, le revenant, aidé de Maïs, ancien enfant-soldat, part à la recherche de cet Asafo dont il ne comprend pas les choix durant les massacres.

Kossi Efoui, avec Solo d’un revenant signe un beau roman initiatique et culturel à travers lequel il introduit des réflexions sur le continent africain. Gloria est une ville qui pourrait se trouver au Togo comme en Côte d’Ivoire, le peuple pourrait être n’importe lequel. L’absence de repères géographiques et l’intemporalité générale renforcent la pertinence des constats que l’auteur pose sur un continent qui semble souffrir à la fois de ses complexités politiques et identitaires. De la tradition orale à la violence sanguinaire, de la colonisation au règne de chefs d’État mégalomanes et totalitaires, Kossi Efoui pose un regard à la fois terrible et objectif sur l’Afrique. Il ne pointe pas un responsable unique ; il n’y a que des tortionnaires qui peuvent être des victimes et des victimes qui deviennent des tortionnaires. Le marasme économique, meurtrier, politique est comme la preuve que l’homme est une espèce paradoxale et influencée par un égoïsme toujours prêt à servir l’intérêt individuel. Malgré tout, le revenant, entre quête d’un monde idéal et recherche de vérités, baigne dans une Afrique bancale, encore incapable de trouver un équilibre entre ses multitudes traditionnelles et raciales et les influences successives des colons puis de la Chine.

La plume de l’auteur est comme une illustration de cette complexité africaine. Poétique et douce, délicate et violente, elle foisonne des mystères des incantations et des transes. Comme des totems, les phrases sont des sculptures qui révèlent des secrets tantôt mystiques tantôt cyniquement concrets.


Frédéric Bargeon
( Mis en ligne le 27/08/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd