L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 2 décembre 2022
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2021
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Quatre femmes dans le brouillard
Tecia Werbowski   Rêveries pragoises
Métropolis 2009 /  18 € - 117.9 ffr. / 96 pages
ISBN : 978-2-88340-183-9
FORMAT : 13 x 21 cm

Traduit du polonais par Elisabeth Van Wilder.
Imprimer

Kafka, Capek, Hrabal… La littérature tchèque n’est, somme toute, pas plus fantaisiste qu’une autre, mais elle prend l’incroyable plus au sérieux. N’est-ce pas là, selon Kundera, l’une des clés de l’«art du roman» ? Tecia Werbowski, romancière polonaise mais pragoise d’élection, le sait. Ces Rêveries sont sa façon, élégante et senza rigore, de s’acquitter d’une dette littéraire. Et sans prétention : le lecteur est averti, dès la première page, qu’il avalera mieux la suite «après avoir bu quelques verres de bon vin»…

La suite, c’est une petite annonce dans le Prager Zeitung, ainsi rédigée et commentée : «Guide pragoise, historienne de l’art (pas vrai) connaissant plusieurs langues, écrivaine (plus ou moins) conduira une petit groupe “select” dans divers coins de Tchéquie. Tél. 777 11 30 80». Qui sème le mensonge récolte l’invraisemblable : deux femmes répondent à l’annonce, Alma Mahler et Lou Andreas-Salomé ! La première souhaite voir la maison natale de son premier mari. La deuxième, celle de Sigmund Freud. Et les voilà parties en camionnette ! Un point de départ ridicule, une narratrice éberluée mais ravie de l’aubaine : il n’en faut pas plus pour rendre acceptable ce canular, prétexte à toutes les divagations dans une Prague fantomatique à souhait.

Cela posé, rien n’empêche plus l’apparition de deux touristes encore moins prévisibles : Nina Berberova et Irène Némirovsky – venue visiter le cimetière juif où elle ne repose pas. La rencontre de ces deux émigrées que tout distingue manque dissiper la fantasmagorie. «Depuis quand êtes-vous devenue une militante juive ?», ironise Berberova. «Ma chère Nina Nikolaïevna, vous êtes tout simplement jalouse de mes succès, jalouse de ma capacité, à moi, d’écrire en français», réplique doucereusement Némirovsky – habituée, depuis le temps, à organiser sa défense. Et d’ajouter quelques mots bien sentis sur les jours tranquilles de Berberova sous l’Occupation. Chose curieuse, les deux femmes ont partagé, à quelque temps d’intervalle, le même séjour dans le même village frontalier de Finlande… De telles étincelles sont inévitables, lorsqu’on provoque ainsi des rencontres impossibles.

À quoi ces coïncidences, parmi d’autres, peuvent-elles rimer ? Comment Tecia Werbowski s’excuse-t-elle d’avoir joué si légèrement du destin de telles femmes, dont les conversations et les rires ont la fraîcheur de l’inattendu ? Un célèbre recueil pour piano de Janacek – encore un Tchèque, dont le nom apparaît furtivement au détour de ce roman évaporé – s’intitule Dans les brumes. Ces Rêveries pragoises n’en sortent que pour y replonger, mais la fin nous apprendra de quel éther elles se composaient… Disons simplement que le sommeil de la raison n’engendre pas que des monstres goyesques : il suscite aussi d’adorables fantômes.


Olivier Philipponnat
( Mis en ligne le 03/07/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd