L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 février 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Les particules sensorielles
Natashka Moreau   Se hisser
Léo Scheer 2009 /  17 € - 111.35 ffr. / 200 pages
ISBN : 978-2756102016
FORMAT : 13cmx19cm
Imprimer

Se hisser n'est pas un premier roman, mais il en a la couleur et la saveur ; on y trouve la langue d'un auteur grisé par ses propres mots, l'éclat d'une narration expérimentale, mais aussi le recours parfois trop systématique à certaines trouvailles dont la brillance souffre d'être surexploitée. On l'aura compris, le nouvel ouvrage de Natashka Moreau vaut par le style exubérant qui court au long des lignes davantage que par son scénario un peu simplet.

Sous sa plume le monde semble s'être décomposé en petites particules autonomes qu'un esprit fantasque réorganiserait ensuite selon une logique étrange, formant des chaînes de mots reliés par leur sonorité, par de curieuses métaphores ou bien par des rapports de sens en constante reconstruction. Le tout étant soumis à une permanente exploration d'univers sensoriels mouvants et déraisonnables.

En effet, si la narratrice se dit «dans la recherche» (p.15) pour ne pas avoir à expliquer plus précisément qu'elle est chercheuse en dialogues, autrement dit dialoguiste en devenir, combien plus délicate encore est la recherche de l'auteur ! La narratrice tente de mettre à jour l'équilibre parfait entre deux interlocuteurs de manière à pouvoir créer un dialogue sans fin, un échange qui rebondirait de lui-même. N. Moreau agence les syllabes et les vocables de telle sorte qu'ils se suivent et s'appellent, usant et abusant des assonances et allitérations, des homonymes et paronymes, de chiasmes et d'oxymores créant un nouveau fil dans le texte, parallèle à celui de la narration, que le lecteur a parfois un peu de mal à retrouver tant l'élaboration de jolis bouts de phrase en miroir est obsessive dans cette écriture surchargée. Les adjectifs se superposent et les perceptions tactiles, visuelles, auditives se mêlent sans difficultés aux sensations olfactives et gustatives afin de faire naître de nouvelles associations d'idées.

Si le point de vue est éclaté par cette attention extrême portée à tous les stimuli réels ou imaginaires, par l'imagination en marche d'un «je» en quête d'inspiration, c'est aussi que, paradoxalement, la quête d'identité est au coeur de l'intrigue. Nous sommes en effet en présence d'une jeune femme qui attend de trouver dans l'intérêt d'un réalisateur la confirmation de cette vocation qu'elle a décidé de prendre très fermement au sérieux ; mais combien de temps peut-on résister à ceux qui affirment que «tout le monde avait des loisirs, cela ne signifiait pas qu'on devait dévouer son emploi du temps entier à les perfectionner» (p.97) ? Plus grave encore que l'identité professionnelle, c'est l'identité affective et l'identité tout court qui préoccupent la narratrice quand elle doit chercher, derrière la peau de sa soeur, un être vivant et réel, avec lequel une vraie conversation serait même possible. Car ici comme souvent, penser l'un c'est penser la dualité.

Le chemin parcouru pour réaliser que sa soeur «ne se résumait plus à un battement de coeur visible à la surface de son poignet bleuté» (p.173) se confond avec nombre d'autres évolutions et c'est l'histoire d'un cheminement vers la maturité qui nous est contée dans ce roman touffu, à la forme étonnamment riche, et au fond d'une légèreté de roman psycho-humoristique pour dames.


Aurore Lesage
( Mis en ligne le 18/09/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd