L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 juin 2021
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

La belle américaine
Laurent Saulnier   Bonneville
Le Dilettante 2016 /  17 € - 111.35 ffr. / 20 pages
ISBN : 978-2-84263-861-0
FORMAT : 12,1 cm × 18,0 cm
Imprimer

Pour son premier roman, Laurent Saulnier imagine le récit loufoque d’une dérive hallucinée, d’une descente aux enfers autour d’une automobile extraordinaire qui illumine la vie du narrateur et le conduira au pire. «Bonneville a fêté ses quarante cinq ans cette année. Modèle quatre portes sorti des chaînes en 1969, huit cylindres en V et plus de trois cents chevaux sous son long capot crème jadis aussi brillant qu’un miroir impeccablement astiqué, au moins les jours de soleil» (p.13).

Cette Pontiac a été la folie du père qui la bichonne, malgré l’hostilité de son épouse obsédée par son poulailler. A sa mort, le narrateur, seul garçon, se l’approprie, mais elle croupit, en panne, au fond du garage en planches. Le fils, après une enfance et une adolescence chaotiques, années cruelles pour cet être rustre et solitaire, un peu simple d’esprit, devient pompiste dans une station-service. Il y fait l’ouverture seul, le matin de bonne heure. Il aimerait faire réparer la voiture pour pouvoir voyager. En attendant, il part en imagination avec la belle américaine, accumulant les kilomètres inventés.

Pour se distraire de sa routine, il regarde passer les trains devant chez lui, sa maison étant une gare désaffectée ; et il fait briller Bonneville, se met au volant, allume la radio et rêve qu’il parcourt des paysages tous différents. Arrivera-t-il à la faire réparer pour réaliser son rêve ? Conduire la Pontiac ? Il est prêt à tout... même au pire...

Laurent Saulnier fait le portrait d’un jeune homme à la santé mentale fragile, à l’imaginaire infini et torturé. L’écriture est énergique, précise et imagée, dans un langage parlé, ironique qui oscille entre rires et larmes. «Souvent j’avais entendu dire que les plus cinglés étaient ceux qui paraissaient les plus normaux mais je n’y croyais pas, il suffisait de regarder la tête d’un nazi pour être convaincu du contraire» (p.218).

Un roman très attachant autour d’une voiture comme héroïne, à lire pour le suspense et pour son humour noir.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 23/09/2016 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd