L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 14 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

First Royal Dragoons
Sylvie Crossman   Le Fils de l'Inde
Seuil - Cadre rouge 2018 /  19 € - 124.45 ffr. / 285 pages
ISBN : 978-2-02-139745-1
FORMAT : 14,1 cm × 20,4 cm
Imprimer

Mars 2010 : Jaklin, veuve d’un célèbre architecte turc, s'éteint à l’hôpital d’Istanbul, entourée de sa petite cour cosmopolite. Elle lègue ses bijoux à sa nièce, Sarah Crossman, ainsi que le souvenir de son père adoré, cavalier mystérieux de l’Empire Britannique, au début du XXe siècle : Frederick Crossman a le même nom que l’auteure du roman, qui se cache sous les traits de Sarah. Celle-ci reconstitue la vie de son aïeul.

Frederick quitte son quartier miséreux de Hackney à Londres en 1909, signant un engagement dans les First Royal Dragoons pour douze ans d’armée. Après sa formation à York, il est muté en Inde, à Lucknow, une importante base militaire anglaise au pied de l’Everest, près du Népal. Puis, après être passé à Agra pour admirer le Taj Mahal, il rejoint Muttra, le long du Gange. Il est remarqué pour ses qualités d’endurance et sa bonne conduite par un officier, le Major Michael Biddulph, qui le prend à son service personnel.

Dans ce cadre biographique, l’auteure imagine un jeune homme de dix-neuf ans, en rupture familiale due à la méchanceté paternelle et à la pauvreté, un esprit noble et indépendant, choisissant l’armée comme échappatoire. Il est séduit par les sortilèges de l’Inde et la sourde révolte de son peuple contre le colonisateur anglais. Pour avoir sympathisé avec Wajid, palefrenier hindou, il subira dans sa chair l’injustice militaire comme réponse à son humanité bienveillante. Après l’Inde, il combat dans les tranchées de la Somme où l’ypérite lui brûle les poumons. Revenu à la vie civile, il épouse une jeune fille du Nord, directrice d’école. Il s’éteint prématurément en laissant deux jeunes enfants, Jacklin, qui l’idolâtrera toute sa vie, et le père de Sarah Crossman.

Le Fils de l’Inde se nourrit d’une histoire réelle, brodée par un imaginaire subtil et envoûtant. «Qui peut retenir la vie ? Les étoiles le prétendent : elles le demandent au ciel,/ Y invitent les mondes nouveaux, la lumière des aubes nouvelles…». Ces vers du poète Rabrindanath Tagore, prix Nobel en 1913, sont dédiés au bâtisseur du Taj Mahal, l’empereur mogol Shah Jahan, et accompagnent Frederick dans ses souvenirs indiens. Quant au major Biddulph, Jacklin l’a connu et entretint sa tombe dans un cimetière d’Istanbul.

Ce beau roman inscrit l’Histoire universelle dans ce destin sis au crépuscule de l’empire britannique. Nourri de la saga familiale d’une romancière talentueuse, il est porté par une écriture fine et raffinée, dessinant une Inde fascinante et dérangeante. On pense aux films de James Ivory ou au roman de E.M. Forster, La Route des Indes. Un beau voyage vers les rives du Bosphore et du Gange.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 30/05/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd