L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Les Aragon
Horacio Castellanos Moya   La Mémoire tyrannique
Métailié - Bibliothèque hispano-américaine 2020 /  22 € - 144.1 ffr. / 309 pages
ISBN : 979-10-226-1002-5
FORMAT : 14,0 cm × 21,5 cm

René Solis (Traducteur)

Imprimer

Ecrivain salvadorien exilé depuis de très nombreuses années, Horacio Castellanos Moya a écrit une dizaine de romans, la plupart traduits en français, dont les derniers sont publiés aux éditions Métaillé dans son excellente collection hispano-américaine.

Castellanos Moya a fui une première fois le Salvador en 1979 alors qu'il est étudiant à l’université et que la guerre civile éclate. Une grande partie de ses romans s’ancre en Amérique centrale, sous-continent de naissance, embrasé par les coups d’État et les guerres contre la drogue. Dans La Mémoire tyrannique, l’auteur revient en arrière et s’intéresse à la situation du pays en 1944. Depuis 1931 et le coup d’État du général Martinez, le pays subit un pouvoir autoritaire qui mène une politique de répression féroce et fascisante puisque le «sorcier nazi», ainsi qu’il est constamment surnommé dans le roman, s’est rapproché de l’Allemagne d’Hitler.

A travers le destin de Périclès, emprisonné sans procès, journaliste communiste issu des cercles du pouvoir dont il s’est désolidarisé, nous assistons aux derniers mois du régime de Martinez, forcé à s’enfuir en mai 1944. A travers les récits de plusieurs protagonistes, nous sommes témoins du délitement d’un système qui ne tient qu’à force d’emprisonnements et d’exécutions arbitraires, avec comme seuls soutiens, toujours moins nombreux, de vieux ministres ne sachant plus comment trouver le salut.

Tour à tour, l’épouse esseulée de Périclès se confiant dans son journal intime, son fils Clemente, acteur de la contestation et obligé de fuir, son vieil ami Chelon, témoin de toute sa vie, nous montrent le climat de terreur progressivement affaibli dans un pays soumis par la peur depuis trop longtemps. Peu à peu, tout ce qui pouvait demeurer de soutien au régime se désagrège et la société tout entière finit par s’opposer au tyran.

Très beau roman choral, La Mémoire tyrannique est aussi l’épisode fondateur de La Comédie inhumaine, cet ensemble de romans retraçant les destins bouleversés de la famille Aragon dans le Salvador de la deuxième moitié du XXe siècle.


Amélie Bruneau
( Mis en ligne le 17/04/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd