L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 21 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Le peuple du livre
Rachel et les siens
Grasset 2020 /  24 € - 157.2 ffr. / 510 pages
ISBN : 978-2-246-82599-9
FORMAT : 14,1 cm × 20,5 cm
Imprimer

Metin Arditi, écrivain francophone né en 1945 à Ankara, est issu de la tradition d’une famille juive laïque et séfarade ; il vit à Genève. Très actif dans la sphère musicale et culturelle genevoise, il est l'auteur d'une œuvre littéraire importante.

Dans ce dernier roman, il dessine le portrait de Rachel Alkabes, femme forte au destin mouvementé par les drames de l’Histoire. Au début du récit, en 1917, elle a 12 ans, elle vit à Jaffa, en Palestine ottomane, dans une maison à deux logements mais une seule cuisine, avec les siens, des Juifs arabes, et une autre famille, des Palestiniens chrétiens. L’harmonie règne, les deux familles sont étroitement liées. Mais les conflits religieux éclatent et bouleversent leur quotidien. L’auteur nous fait voyager dans les pas de l’héroïne de Jaffa ; les parents de Rachel adoptent une jeune ashkénaze, Ida, seule au monde, rescapée, du même âge, chassée par les persécutions en Europe, dont le père et la sœur viennent de mourir, le père s’étant pendu par désespoir. Elle a les yeux très clairs et devient pour la vie la sœur de Rachel.

La famille part au kibboutz Do-Beïtenou, terre aride où tout est à construire. «Elles vivent la découverte du kibboutz de manière très différente. La fureur que mettaient ses habitants à leur travail plongeait Rachel dans d’intenses réflexions. A Jaffa la vie était douce, et lente, tendre (…). La détermination des kibboutzniks la rassurait. Elle se disait que le moment venu ces gens sauraient se battre. Ida avait sa place au kibboutz. Elle s’y sentait chez elle»

Rachel et Ida sont le miroir l’une de l’autre, et les complices de Mounir, le voisin arabe chrétien de Jaffa, qui tiendra un rôle important dans leur vie. Il est l'homme de ce trio romanesque, porté par le souffle épique d’un désir d’Orient. Malheureusement, les conflits israélo-palestiniens et les persécutions en Europe éprouvent ces populations déplacées et les enfants sans repère. Seule une personnalité très forte comme Rachel peut garder un semblant d’équilibre via sa passion, l’écriture de pièces de théâtre où elle peut mettre en scène ses émotions. Elle commence au kibboutz, ses saynètes ont beaucoup de succès. Elle décide que ce sera sa vie, le théâtre, exutoire à ses malheurs.

Arditi nous fait voyager d’Istanbul à Genève, en passant par Paris et Tel Aviv, au travers des destins croisés de Rachel, Ida, et Mounir qui deviendra actif dans la cause palestinienne ; mais aussi Karl, Elias, Rebecca et les autres, de nombreux personnages qui ont tous leur importance dans le destin de Rachel. Leurs vies sont construites par les secrets de famille, les guerres, et l'exil ; ils sont toujours audacieux et courageux, comme seuls les peuples opprimés doivent l’être. Le tourbillon de leur existence est saisissant, avec ses travers et ses douleurs ; Rachel parvient à la gloire, acclamée sur toutes les scènes, tout en portant secrètement ses morts dans son cœur.

Avant la Seconde Guerre mondiale, la Palestine est un modèle égalitaire ouvert aux Juifs, aux Musulmans et aux Chrétiens ; la création de l'Etat d'Israël en 1948 détruit cet équilibre utopique. L’incompétence de la SDN puis de l’ONU ne fait qu’aggraver la situation. La vie de Rachel illustre parfaitement ce drame ; bien qu’elle ne soit pas politisée, elle organise le monde sur scène.

Un roman fort bien écrit, érudit et réaliste, qui rappelle les épisodes des conflits au Moyen Orient. «Novembre 1917 : La Grand Bretagne signait la déclaration Balfour qui tenait lieu de promesse en vue d’établir en Palestine un foyer national juif. Elle promettait une terre qui ne lui appartenait pas, qui ne lui avait jamais appartenu».


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 02/09/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd