L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 24 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Au nom de la terre
Marie Nimier   Le Palais des orties
Gallimard - Blanche 2020 /  19,50 € - 127.73 ffr. / 254 pages
ISBN : 978-2-07-290129-4
FORMAT : 14,1 cm × 24,0 cm
Imprimer

Marie Nimier entraîne volontiers son lecteur dans ses romans sobres et attachants. Ici, Simon et Nora ont hérité d’un vieux domaine presque à l’abandon et essaient une monoculture pour le moins originale, celle des orties. Ils les plantent, les font sécher pour en extraire des produits comestibles : de la soupe, du pesto, du sel d’ortie. Ils essaient de multiplier leurs débouchés car ils ont du mal à gagner leur vie avec cette plante qui pousse partout à l’état sauvage et qu’ils ont domestiquée. Leurs deux ados les aident pour la pub et les projets. Ironiquement, ils appellent leur exploitation «Le palais des orties».

Comme ils ont besoin de bras à peu de frais, ils font du Woofing, qui fournit de la main d’œuvre gratuite contre le gîte et le couvert. Ce 28 mars, arrive une jeune fille métisse et décomplexée, Frederika, qui a vu leur annonce. «La fascination que Fred exerçait sur moi ne tenait pas tant à sa jeunesse ou à sa beauté qu’à sa manière de nous regarder et de regarder la ferme. Nous étions des êtres singuliers appartenant à un monde différent, un monde dont elle avait besoin de percer le mystère. (…) Cette jeune fille était un cadeau».

Nora, la narratrice, est subjuguée ; alors qu’elle avait l’impression de trimer pour rien, Fred la met en valeur par sa bienveillance, son admiration, son talent d’observation. Nora est saisie d’un sentiment nouveau, attirée par la nouveauté et en recherche d’une amitié féminine, une complicité qui devient plus qu’une solidarité. Finalement même leurs corps se trouvent et vont à l’unisson, une expérience inédite pour Nora, que Fred sait exploiter. Une passion se révèle : «je n’ai pas l’habitude qu’on s’intéresse à moi de façon aussi personnelle».

Le récit détaille la lente évolution de Nora qui n’était pas préparée à cette relation mais qui la vit intensément, guidée aussi par Fred. Marie Minier décrit avec précision et sensibilité l’ambiguïté des sentiments, la volonté d’émancipation de Nora et son désir de liberté pour son corps. Discrètement sensuel, le roman tient la lecture aussi par sa pudeur.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 09/09/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd