L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 24 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Récits  
 

Apprendre à aimer
Marceline Loridan-Ivens   L'Amour après
Grasset 2018 /  16 € - 104.8 ffr. / 156 pages
ISBN : 978-2-246-81243-2
FORMAT : 13,0 cm × 20,5 cm

Avec Judith Perrignon
Imprimer

. «Il n’y eut après les camps plus aucun donneur d’ordre dans ma vie». Après avoir témoigné de son expérience de la déportation, à quinze ans, dans Ma Vie balagan et des conditions de survie à Birkenau où son père a péri (Et tu n’es pas revenu), Marceline Loridan-Ivens se penche sur son expérience de... l’amour. En découvrant une valise remplie de mots d’amitié, de lettres d’amour, c’est tout son passé sentimental et sensuel qui lui revient en mémoire.

Il lui a fallu mettre à distance la vision de son corps. «J’étais un très jeune bourgeon que la guerre avait gelé sur pied. Et pour longtemps. (…) Je fuyais mon propre corps, sa mise à nu à jamais associée à l’ordre d’un nazi, à son regard humiliant». Comment supporter les mains d’un homme séduisant quand votre chair paraît repoussante à votre esprit ? Il aura fallu du temps et de la patience pour que Marceline puisse s’accepter comme objet de désir. Elle raconte plus son rapport à l’amour que ses ébats sexuels. Elle a vécu comme une femme en apparence libérée, allant d’homme en homme, semant chaos et désespoir comme en témoignent les extraits de correspondance dans lesquels Edgar Morin semble résigné et Georges Pérec, plus jeune qu’elle, amoureux fou.

Sa déclaration d’amour, elle la réserve pour son second mari, de trente ans son aîné, qui la comprend et l’accepte comme elle est : Joris Ivens, le réalisateur de documentaires mort en 1989, avec qui elle a fait plusieurs films. De nombreuses années après les camps, Marceline retrouve par hasard Simone Veil qui faisait partie du même convoi 71, ce treize avril 1944, avec Anne-Lise Stern, célèbre psychanalyste. Elles ne se quitteront plus jusqu’à la mort de Simone.

Au fil des mots, des attentes des hommes qu’elle connaît, Marceline fait le récit d’une réconciliation «de la survivante et de la jeune fille», de la mort et de la vie, la seconde n’étant pour elle que «du rabe qu’on lui a laissé et qu’elle n’a pas le droit de gâcher».

A 89 ans, elle donne au lecteur une leçon de vie, d’humanité en même temps que de liberté. Une belle leçon aussi de courage et de franchise pour essayer de ne pas faire souffrir ses partenaires en amour. L'histoire d’une deuxième naissance, comme le dit Anne-Lise Stern, pour apprendre à s’aimer et à aimer les autres, par la mémoire et la mise en récit.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 26/02/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd