L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 28 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Récits  
 

Du charme, de la poésie… et beaucoup d’ennui
Jacques Gamblin   Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa
Le Dilettante 2003 /  13 € - 85.15 ffr. / 124 pages
ISBN : 2842630793
FORMAT : 12 x 18 cm
Imprimer

Ce récit de Jacques Gamblin laisse perplexe. Bourré de charme, il est pourtant imperméable. Au sens propre : le lecteur a du mal à entrer dans le texte. Pourtant, le narrateur, un coureur de fond qui revit sa vie au fil de ses foulées, cherche à l'entraîner dans sa course. Rythmée par des phrases courtes, hachées, à la cadence de ses inspirations/expirations.

Dans ces phrases, des images, des émotions, une poésie qui flirte avec l’absurde, proche de l’univers de Raymond Devos. Gamblin aime visiblement jouer avec la langue. «A toutes les heures, le jour, la nuit, sans ombre. Aveuglément, je courais. Éperdument je courais. Infiniment, avec le chien, avec le loup, entre les deux, je courais.» Mais peut-être un peu trop. Les trouvailles, les contorsions du langage amusent – «Je revenais en sang à la maison. Rouge sur blanc, tout fout le camp !» –, émeuvent – «Tous ceux comme lui qui ont vu mourir des vaches et des chevaux. Tous ceux dont on croit qu’ils ont tellement les pieds sur terre que ça ne leur fera rien de rentrer dedans », mais à la longue, lassent. Comme si l’auteur, à force de formules, s’écoutait écrire.

C’est dommage, car il y a beaucoup de sincérité quand il évoque quelques grands moments de sa vie : la naissance de sa fille, sa relation avec son père et la mort de celui-ci. Mais ces moments sont fugaces, et ne parviennent pas à accrocher le lecteur. Comme le marathon décrit par Gamblin, la lecture de ce récit, pourtant court, s’avère une véritable épreuve d’endurance.


Marie-Pierre Noguès
( Mis en ligne le 28/01/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd