L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 22 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Peinture & Sculpture  
 

Un grand sculpteur cubiste
Emmanuel Bréon    Collectif   Lipchitz - Les années françaises de 1910 à 1940
Somogy 2005 /  32 € - 209.6 ffr. / 126 pages
ISBN : 2-85056-915-1
FORMAT : 25,5x28 cm

Catalogue d’une exposition tenue au Musée des années trente, Boulogne-Billancourt, du 12 octobre au 30 décembre 2005.

L'auteur du compte rendu : Béatrice Brengues a une formation d'historienne de l'art, elle s'intéresse aux arts décoratifs du XXe siècle et poursuit des recherches sur le sculpteur Joachim Costa. Elle travaille parallèlement à Drouot chez un commissaire priseur.

Imprimer

Boulogne-Billancourt a stigmatisé en 2005 la situation incertaine de l’art contemporain en France par l’abandon du projet de la Fondation Pinault. Pourtant, cette ville a été en d’autres temps exemplaire en matière d’accueil des élites intellectuelles et artistiques. Dans les années 20-30, par une politique d’offre d’emplacements aux artistes et inventeurs, la ville attire la fine fleur de la création pour former tout près de Paris un nouveau creuset artistique où les avant-gardes s’épanouissent avec force. Le sculpteur Lipchitz était de l’aventure.

Boulogne, à travers son Musée des Années 30, a rendu hommage cet hiver à cet illustre citoyen. Un hommage légitime quand on sait la place de Lipchitz dans l’histoire de l’art et l’importance de sa présence à Boulogne par l’animation et la fréquentation des cercles artistiques, sa création fructueuse et l’atelier qu’il fit construire par Le Corbusier. Jusqu’alors peu représenté dans la collection du Musée, l’atelier, œuvre d’architecture significative des années 20, restait la trace la plus marquante de Lipchitz à Boulogne. Une donation de sept œuvres par la Fondation Lipchitz des Etats Unis vient enrichir le fond du Musée et met son œuvre au premier plan. L’exposition et ce catalogue sont donc l’écho immédiat à cette donation.

On dénombre trois périodes dans la vie du sculpteur et autant de pays : la Lituanie (1891-1909), la France (1910-1940) et les Etats-Unis (1941-1973). Le livre se focalise sur «Les années françaises» d’abord parce qu’elles concernent la donation mais aussi parce qu’elles sont les plus fertiles. Jacques Lipchitz ne débute sa carrière qu’à son arrivée en France. Il se forme dans un premier temps à l’école des Beaux-arts. En 1913, il amorce la voie d’une sculpture cubiste (voir Ecuyère à l’éventail en couverture). Géométrisation, primitivisme s’installent dans ces formes denses et stables. Fort d’une émulation au contact des peintres comme son grand ami Juan Gris ou Picasso et des intellectuels que sont Leiris ou Reverdy, Lipchitz évolue sans cesse, mais reste fidèle à son ambition première «Faire de la vraie et belle sculpture». Il expérimente l’abstraction aux accents constructivistes mais la plupart de ses créations gardent une approche figurative où la figure humaine est toujours saisissable.

En 1924, il s’installe dans la maison-atelier imaginée par Le Corbusier. L’architecte trouve là l’occasion de mettre en pratique ses théories sur les constructions en série des Maisons Citrohan. En effet, il fallait aussi construire dans une grande économie de moyens l’atelier voisin pour le sculpteur Metchaninoff, ce qui fut fait dans un style puriste : plan libre, toit terrasse, grandes ouvertures, blancheur… Visiblement sous l’emprise de ce nouveau lieu, Lipchitz s’oriente vers la notion d’espace en sculpture. Il développe ses Transparents, en sollicitant le vide à l’inverse de la masse, effaçant la structure pour dessiner des jours. Le sculpteur, qui affirme tout au long de sa vie être resté cubiste, se démarque à ce moment là par un art plus personnel, moins doctrinaire. Revenant au travail de la terre et du plâtre, enseigné aux Beaux-arts, ses créations prennent une tonalité expressionniste par la matière modelée qui garde le geste cru et sensuel de l’artiste. Toutefois, ces recherches ne sont pas purement formelles, car Lipchitz, convaincu de la fonction sociale de la sculpture, la charge de connotations politiques. Juif et communiste, il s’engage très tôt contre la menace nazie. Cet engagement devient une œuvre majeure qui clôt sa période française avec Prométhée étranglant le vautour dont les étapes de création sont magnifiquement retranscrites dans le livre par un reportage photographique de Marc Vaux.

C’est d’ailleurs une des seules fois dans l’ouvrage où l’on voit la sculpture dans son environnement. Les autres œuvres photographiées sont systématiquement détourées, flottant dans la page sans rapport avec leur espace. Ce détail est à l’image de tout le graphisme du livre un peu maladroit et sans finesse, qui gène la perception de l’œuvre. Mais ne nous trompons pas, le Musée des années 30 a bien réussi là une très belle exposition avec une sélection de pièces cohérente. Comme l’éditeur Somogy qui a déjà publié sur Belmondo, Janniot, Landowski, Sarrabezolles, ce musée présente souvent des sculpteurs délaissés par l’histoire de l’art pour leur modernité mal comprise de nos jours. Avec Lipchitz, c’est le cubisme qui est mis à l’honneur, et plus particulièrement le cubisme sculptural, qui sous cette signature s’impose par sa puissante matérialité.


Béatrice Brengues
( Mis en ligne le 13/03/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Jacques-Emile Ruhlmann, Les archives
       de Emmanuel Bréon
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd