L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 17 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Science-fiction  
 

L’Apocalypse est pour demain
Jean-David Morvan   Gérald Parel   7 secondes (tome 1) - Venise
Delcourt - Sang froid 2000 /  12.06 € - 78.99 ffr. / 46 pages
ISBN : 2-84055-465-8
FORMAT : 24 X 32
Imprimer

Le postulat de départ, d'une évidence évangélique, est d'une telle efficacité dramatique qu'on s'étonne de ne pas le voir plus souvent utilisé. Que verrait-on si on plaçait un miroir juste avant la fin de l'histoire qu'on entend raconter ? Elle se déroulerait toujours selon sa logique chronologique : seulement, le temps n'y serait plus compté depuis le début, mais à rebours jusqu'à la fin ; non pas depuis la naissance du Christ, mais jusqu'à la destruction ultime de l'Apocalypse.

L'inversion ne s'arrête pas seulement au temps, elle affecte encore la réalité avec cette impossible vraisemblance qui fait que face à votre glace votre main droite est devenue votre main gauche Ici, le scénariste utilise jusqu'au bout les possibilités du procédé : Jean David Morvan, peut-être parce qu'il s'agit de son premier thriller (après 17 autres scénarios depuis 7 ans), réussit parfaitement à en éviter tous les clichés. L'histoire pourrait être celle d'un tueur chargé de descendre son meilleur ami. Pour atteindre au mythe il suffirait de l'appeler Judas. Mais il s'appelle Venise, Wilson Venise, nom improbable pour un Américain.

Venise, c'est en fait notre miroir qui revient, le plan d'eau dans lequel se reflète, exactement inversée, la cité de tous les pouvoirs. Justement, Gabe, l'ami au prénom archangélique de Venise le tueur, est architecte, et sa dernière oeuvre est en passe de transformer l'urbanisme idéal d'une autre capitale, au centre elle aussi d'une toile d'araignée tout aussi parfaitement ramifiée que celle de la Sérénissime, Washington. Il inaugure en effet une étonnante nouvelle cathédrale, qui, vue du ciel -mais ces édifices n'ont-ils pas pour ambition de devoir être contemplés depuis ce point de vue privilégié ?- ressemble de façon troublante à un cadavre costumé.

Si Venise -assisté de son collègue Lithal (qui justement revient de chez les morts)- est plutôt du genre satanique (à l'opposé donc de la Venise Céleste de Moebius), Gabe, malgré le bouc qui orne son menton, est lui très nettement du côté du divin. Il passe son temps libre à scruter les étoiles et soigne avec une patience angélique la dépression de sa femme, comme il tente de remonter le moral du clergé local.

Car une autre des grandes réussites de cet album qui en fourmille est de brosser avec beaucoup de vraisemblance une atmosphère politique et sociale qui nourrit efficacement l'intrigue. Si le fond de l'affaire concerne la conversion de l'ange exterminateur, qui sauve sa victime par son sacrifice, le décor moral n'est pas pour autant négligé. Derrière les façades opulentes des cathédrales, boîtes de nuit, Maison Blanche et luxueuses voitures de yuppies surgissent en quelques traits qui font toujours mouche les crises du politique, de l'urbanisme, de la foi, de l'inconscient ou du couple.

Le trait épais et précis à la fois de Gérald Parel en trace sans complaisance les contours séduisants, tout comme ses cadrages vivement rythmés, ses angles de vue brutaux et la réussite de ses ombrages font de ce premier album du jeune dessinateur un des plus excitants de cette fin d'année. Les couleurs, enfin, nous réconcilient presque avec l'usage de l'ordinateur dans cette opération cruciale trop souvent négligée : c'est peu dire qu’on attend avec impatience la suite de cette série. Si elle se tient à ce niveau, on peut d'ores et déjà affirmer qu'elle fera date.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 07/12/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd