L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Aventure  
 

L'essoufflement ?
Yves Swolfs   Giulio De Vita   James Healer (tome 3) - La Montagne sacrée
Le Lombard - Troisième vague 2004 /  9.45 € - 61.9 ffr. / 48 pages
ISBN : 2803619873
FORMAT : 22 x 30 cm
Imprimer

James Healer (le « guérisseur ») est la dernière création d’Yves Swolfs qui, après s’être consacré durant une dizaine d’années au western Durango, diversifie depuis quelque temps sa production (fresque historique avec Dampierre, science-fiction avec Vlad, vampires avec Le Prince des ténèbres) ; ici, le dessinateur belge bâtit des intrigues policières ancrées dans les Etats-Unis contemporains. Le dessin est assuré par le jeune mais déjà très mature italien de Vita, dont le trait à la fois élégant, souple et efficace, excelle à rendre les grands paysages nord-américains, les intérieurs fouillés ou les personnages soigneusement campés. Les couleurs quant à elles, à la dominante jaune-orange, sont l’œuvre de l’épouse du scénariste.

Ce trio a produit jusque-là une série fort plaisante, avec pour héros un Indien blanc longiligne, doté d’une faculté de medium – l’eagle glance – qui lui permet d’entrapercevoir par éclairs la vérité des êtres qu’il côtoie. Cette capacité lui vaut de collaborer avec une police locale souvent empêtrée dans diverses affaires criminelles, mais néanmoins réticente à faire appel au service d’un Indien blanc ; « indian sucker » est l’aimable qualificatif qui lui est le plus fréquemment attribué. On voit donc l’intérêt narratif du personnage : ce héros partagé entre deux communautés permet aux auteurs de brosser, à travers diverses intrigues criminelles, les différents milieux ou types sociaux de l’Amérique profonde qu’il traverse. Peu d’originalité donc, mais une efficacité certaine. Réinvestissant les archétypes d’outre-Atlantique qu’on trouve il est vrai davantage dans les séries télévisées ou au cinéma qu’en bande dessinée, les deux auteurs procurent ainsi des histoires certes classiques, mais solidement charpentées qu’on suit avec intérêt. Le troisième tome ne présente cependant pas les mêmes qualités.

Ici, pas d’exploration d’une petite communauté locale aux notables corrompus, mais un road-movie où deux adolescents – une petite frappe peu sympathique et une jeune Indienne qui ne l’est guère plus – sont les protagonistes d’une équipée qui, des faubourgs de Los Angeles à un parc naturel dans le Montana, via Las Vegas, tourne mal, avant que notre héros finalement n’intervienne. Cette intrigue itinérante, dont le thème a déjà été maintes fois exploité au cinéma, de Bad Lands à Thelma et Louise, permet certes au dessinateur de faire montre de son savoir-faire en matière de paysages ou d’architectures urbaines. Mais on n’a pas retrouvé le même plaisir à suivre cette histoire que dans les premiers volumes, le caractère convenu des personnages étant trop accentué et les rendant bien peu attachants, tandis que les clichés cette fois sonnent faux. Ajoutons que les commentaires en voix off de la dernière page qui, déjà dans le deuxième tome, péchaient par leur caractère moralisateur et stéréotypé, confinent ici au ridicule, notamment la dernière phrase, dont on aura la charité de ne pas citer la formulation alambiquée.

Bref, l’ensemble peut se lire sans trop de déplaisir, mais il conviendrait à nos yeux que les auteurs reviennent à des intrigues ainsi qu’à des personnages plus fouillés, et veillent plutôt à développer les qualités précédentes qu’à accentuer les présents défauts, avant que la série ne se dégrade définitivement.


Xavier Lapray
( Mis en ligne le 21/08/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Vlad (tome 1)
       de Yves Swolfs , Griffo
  • Le Décalogue (tome 2)
       de Frank Giroud , Giulio De Vita
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd