L'actualité du livre Dimanche 14 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Aventure  
 

Soldats sans fortune
 Yann   Erik  Juszezak    Narvalo (tome 1) - Mercenaires princiers
Dargaud 2005 /  9.80 € - 64.19 ffr. / 48 pages
ISBN : 2871298610
FORMAT : 22 x 30 cm
Imprimer

Un mercenaire fait-il un héros « décent » ? Certes, un Han Solo dans Star Wars défend haut la main le titre de héros charismatique avec un côté voyou plaisant… mais c’est aussi un homme capable de rédemption. Avec Narvalo, de Yann et Juszezak, on nage dans les mêmes eaux (le mercenariat s’entend)… mais sans la rédemption. Alors, héros ou anti-héros ?

Narvalo est un mercenaire, au passé mouvementé et encore mystérieux, à la tête d’une équipe qui se vend au plus offrant : certes, l’altruisme du héros lambda en prend un coup, mais après tout, il faut de tout pour faire un album… Coup de chance, cette fois-ci, Narvalo est employé par le prince Akim, souverain d’un micro-Etat (le Zeeland : une ancienne plateforme pétrolière en fait reconvertie en portail web !) pour défendre la liberté informatique et la souveraineté virtuelle du-dit Zeeland. Et lorsque cette enclave libertaire est assaillie par des troupes d’élite et qu’il faut, en hâte, s’enfuir, nos mercenaires commencent à comprendre qu’ils sont dans une affaire bien plus délicate qu’une banale censure informatique, une affaire où la haute technologie militaire voisine avec les armes non conventionnelles et plutôt interdites.

Disons-le tout net, l’album est un peu décevant pour un scénariste du talent de Yann (Les Innommables, Odilon Verjus….) : déjà, Narvalo lui-même n’a guère d’épaisseur, peu de relief et ne fait pas un héros très attrayant. Ensuite, le scénario est mince, tiré par les cheveux, avec des trouvailles assez peu convaincantes (Orlanda, l’île flottante peuplée de lesbiennes paramilitaires, ou encore le mystérieux virus qui dévore la figure, n’y laissant qu’un trou noir peu crédible). Et les petites provocations « politiquement incorrectes » qui sont l’une des marques de fabrique du scénariste (un mercenaire vient de Tchétchénie et raconte la guerre contre les rebelles tchétchènes « jusque dans les chiottes », une Américaine évoque nostalgiquement les conditions de détentions à Abou Ghraib…) tombent à plat, lourdement. On en ressort dubitatif quant à une série qui entend se placer sur le terrain, ô combien intéressant, du mercenariat et de la politique-fiction. Si le graphisme réaliste et précis d’Eric Juszezak est tout à fait maîtrisé, adapté au rythme rapide du récit, rappelant parfois la série XIII, il manque encore une histoire à la hauteur, qui saura donner au mercenaire en BD ses lettres de course.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/10/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Innommables (tome 12)
       de Yann , Conrad
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd