L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 26 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Un système politique face à ses conséquences économiques
Claude Nicolet   Censeurs et publicains - Economie et fiscalité dans la Rome antique
Fayard 1994 /  27.48 € - 179.99 ffr. / 500 pages
ISBN : 2-213-60296-4
Imprimer

Les historiens ont longtemps considéré qu’il était impossible de faire une histoire économique de l’Antiquité, et cela pour deux raisons : d’une part, les sources s’y prêtent mal car les Anciens abordaient peu les questions qui font partie pour nous du domaine économique, si bien qu’on manque cruellement de chiffres ; d’autre part, la structure même des sociétés antiques, profondément différente de la nôtre, relèverait d’un état sans rapport avec ce que nous qualifions d’économie. Claude Nicolet s’élève contre une telle conception et revendique le droit d’écrire une histoire économique de l’Antiquité sans pour autant nier les difficultés. À travers ce recueil d’articles, il choisit d’aborder avant tout les questions économiques et sociales dans la Rome antique, par le biais du lien étroit entre politique et économie caractéristique de la société romaine comme d’autres sociétés anciennes.

Il commence par dégager les fondements idéologiques de la société romaine dans leur lien avec l’économie. La société romaine est une société censitaire où l’exercice des droits politiques est soumis à un niveau de fortune, et plus précisément à la propriété terrienne. Le système timocratique romain incite donc à chercher de nouveaux territoires à exploiter. Claude Nicolet analyse les justifications idéologiques de ce système, montre leur lien avec la philosophie politique grecque. Il passe en revue les divers aspects de la fiscalité, elle aussi étroitement liée à la terre, la manière dont est financée l’armée romaine et fait apparaître finalement le lien entre les structures politico-sociales et l’histoire de la conquête. Au cours de cette histoire, l’Italie a d’abord été dans une situation d’infériorité par rapport au centre, à la ville de Rome, mais les alliés italiens surent conquérir lors de la guerre sociale les privilèges fiscaux accordés aux citoyens romains, si bien que l’Italie jouit ensuite, au sein de l’empire, d’un statut juridique particulier.

Le système censitaire suppose une évaluation des patrimoines, fondée en l’occurrence sur la monnaie. La théorie de la monnaie, qui n’est exprimée que tardivement à Rome, au début de l’Empire, s’inscrit dans la lignée de la conception aristotélicienne. Dans la définition des classes censitaires, on perçoit des évolutions que l’on peut comparer aux diverses réformes monétaires. Cependant, si l’on constate un accroissement des fortunes, il est difficile de dire s’il correspond à une inflation générale ou à une concentration des richesses. Plus qu’un indice économique, la définition des classes censitaires apparaît comme un indice politique. À quel moment a été introduit le cens sénatorial ? Comment se faisait le recensement, de manière centralisée ou au contraire déconcentrée ?

Les exigences statistiques se retrouvent dans le domaine de l’approvisionnement, problème économique essentiel à Rome comme dans de nombreuses cités antiques. Rome a en effet été confrontée à la nécessité de "nourrir la plèbe", thème que l’on rencontre fréquemment dans les discours des hommes politiques. Une législation a été mise en place dans ce but relativement tôt à Rome, et fut reprise ensuite dans d’autres régions de l’empire. Il était donc nécessaire de connaître précisément les ressources en blé des différentes provinces, de Sicile, d’Asie.... Le ravitaillement de la plèbe était assuré par l’intermédiaire de la fiscalité. Cela explique le rôle essentiel des sociétés de publicains, entreprises privées qui traitaient avec l’État romain pour prendre à ferme la plupart des revenus publics. Une inscription exceptionnelle, un règlement douanier trouvé à Éphèse, concernant la province d’Asie, et dont Claude Nicolet fait une explication détaillée, permet de mieux comprendre le fonctionnement de ces sociétés et la nature des opérations effectuées.

On le voit, ce beau livre aborde des questions essentielles pour comprendre le fonctionnement de la République romaine, puis de l’empire, à travers un point de vue moderne qui aiguise l’intérêt du lecteur et lui permet de partager l’érudition de l’auteur.


Marie-Christine Marcellesi
( Mis en ligne le 14/03/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd