L'actualité du livre Samedi 13 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 

Quand les poux font le saint
Marina Caffiero   La Fabrique d'un saint à l'époque des Lumières
Editions EHESS - Civilisations & Sociétés 2006 /  19 € - 124.45 ffr. / 223 pages
ISBN : 2-7132-2073-4
FORMAT : 16,0cm x 24,0cm

Traduction de Veronica Granata et Vincent Jolivet.

L'auteur du compte rendu : Historienne et journaliste, Jacqueline Martin-Bagnaudez est particulièrement sensibilisée aux questions d’histoire des religions et d’histoire des mentalités. Elle a publié (chez Desclée de Brouwer) des ouvrages d’initiation portant notamment sur le Moyen Age et sur l’histoire de l’art.

Imprimer

En dehors de la littérature hagiographique, la France, pays natal de saint Benoît-Joseph Labre, n’a guère fourni d’études sur ce personnage atypique, né en 1748 et mort à Rome en 1783. Ce n’est pas davantage une biographie que propose ici l’historienne italienne M. Caffiero mais, dans la lignée des études publiées sous la direction de Y.-M. Hilaire en 1984, une analyse de la façon dont Labre a été envisagé comme saint par la postérité ; comment le mendiant a cristallisé sur lui une dévotion populaire ; comment le modèle spirituel dont on en a fait le représentant a été interprété au fil du temps. Les éléments de sa vie et de son comportement ne sont cités que dans la mesure où ils suscitent exégèse et interprétation. On peut regretter que le titre sous lequel le savant ouvrage de M. Caffiero a été publié en français rende si mal compte de son contenu, dont le titre italien (La Politica della santità) était autrement significatif, le terme même de «fabrique», dans un contexte religieux, évoquant spontanément une institution paroissiale plutôt qu’une élaboration mentale.

Il n’en reste pas moins que le livre est passionnant en ce qu’il permet de saisir le processus selon lequel un mendiant repoussant est proposé, à travers des faits de société et des événements historiques, au fil des évolutions de la mentalité, en modèle de sainteté, en nouvelle figure rédemptrice, image du Christ même.

Vivant paradoxe que celui de ce pouilleux pèlerin, faisant fi de tous les codes sociaux bien implantés au XVIIIe siècle, passant son temps à prier et à mendier au lieu de travailler, entretenant volontairement sa crasse, en dehors de tout cadre institutionnel et ecclésiastique. Pourtant les dévotions qu’il porte à Marie, à l’adoration eucharistique, au Chemin de Croix font de lui un propagateur de ces nouvelles formes de religiosité. Sa «fama» s’impose dès sa mort dans le milieu populaire où il a vécu. Des cardinaux, des recteurs s’intéressent à sa cause, précisément, explique l’auteur, parce que sa spiritualité et son genre de vie symbolisent le raidissement catholique envers les valeurs modernes de la culture et de la raison, en cette époque de Lumières ennemies de la religion. Sa cependant tardive canonisation (1881) se situe comme une illustration de la réaction catholique du XIXe siècle, à l’issue d’une évolution des mentalités religieuses dont l’auteur suit les différents moments. Une canonisation qui représente un des aboutissements de la spiritualité catholique du XIXe siècle, pétrie de vertus de pénitence et de rédemption, où l’émotivité a une part prépondérante. Le nouveau saint, en même temps, illustre le retour à un idéal médiéval d’érémitisme et de pérégrination. Une spiritualité peu «exemplaire» toutefois, car elle a entraîné peu de disciples ; M. Caffiero voit dans le Curé d’Ars un des rares fils spirituels du pauvre de Rome.

L’analyse effectuée par l’historienne se fait particulièrement précise quand elle envisage la place de la mémoire entretenue sur le «modèle Labre» dans les conflits existants dans la société catholique romaine de la fin du XVIIIe siècle ; ceux-ci ont opposé les personnalités et les groupes qui se sont faits, dès la mort de Labre, les promoteurs de ses vertus, par l’écrit, ou par la création et la diffusion d’images. Par un mouvement circulaire, les promoteurs de la cause du futur saint en même temps soutiennent et s’appuient sur leur héros. C’est à la fin du livre que la grande connaissance qu’elle a des milieux romains de l’époque moderne permet à l’historienne de disséquer la façon dont les congrégations masculines et féminines de pieux laïcs se sont idéalement accaparé le modèle de vie de Labre.

Au même moment, celui-ci est érigé en prophète des événements révolutionnaires français, une image quasi officielle dès le deuxième procès de canonisation qui se déroule au cours des années 90 du XVIIIe siècle. Et même si le personnage n’a guère eu de postérité, la dévotion au saint en devenir est bien vivante dans les milieux contre-révolutionnaires que sont par exemple les Vendéens. Il faut suivre pas à pas la démonstration, souvent convaincante, d’une chercheuse tout emplie de son sujet, et il est impossible de rendre compte, en quelques lignes, des implications successives de la figure de Benoît Labre au cours du siècle qui sépare sa mort et sa canonisation officielle.

L’étude au scalpel de M. Caffiero s’appuie sur les textes, abondamment cités, émanant des témoins et des acteurs de la fabrication du saint. Ils sont donnés ici en traduction française, la source italienne figurant en note. Une dizaine de planches, judicieusement choisies, constituent de véritables pièces à conviction. On l’aura compris, cette savante étude appartient à la littérature historique, sans aucun caractère apologétique. Et quelle magistrale leçon de méthodologie !


Jacqueline Martin-Bagnaudez
( Mis en ligne le 27/06/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd