L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 21 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Nomenclature de l’horreur
Raul Hilberg   Holocauste : les sources de l’histoire
Gallimard - NRF Essais 2001 /  15.88 € - 104.01 ffr. / 234 pages
ISBN : 2-07-076199-1
Imprimer

L’historien américain Raul Hilberg est actuellement l’un des plus grands spécialistes mondiaux du génocide des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Son livre, la Destruction des juifs d’Europe, paru en 1988 aux éditions Fayard demeurera longtemps l’ouvrage de référence sur un sujet aussi vaste. La traduction de Sources of Holocaust research par les éditions Gallimard offre une toute autre vision du même sujet. Il s’agit là d’un livre qui est le fruit de plusieurs dizaines d’années de travail. L’auteur présente ici, en forme de nomenclature, la variété des sources que l’historien du génocide peut utiliser.

On est comme étourdi par une telle abondance qui ne concerne pas seulement - c’est là l’un des aspects les plus intéressants de l’ouvrage - les sources allemandes, celles des auteurs, mais aussi les sources juives, celles des victimes. Des journaux (diairies), des photographies, des témoignages sont autant de matériaux variés pour l’historien de ce phénomène sans précédent dans l’histoire. Raul Hilberg en archéologue méticuleux décrit ces sources et les classe, traquant jusque dans ses moindres détails les sources d’un passé dont aujourd’hui les derniers témoins disparaissent.

Certes, la froideur du livre, cette litanie morbide, donnent une idée très précise du caractère industriel et rationnel du génocide. Tout ceci dessine un étonnant aperçu d’une culture du génocide, y compris dans sa dimension matérielle (les bâtiments, les objets…etc). Il demeure cependant une impression curieuse : l’auteur a fait le choix d’une pure et simple description des sources, alors qu’elle aurait pu être suivie d’une analyse épistémologique d’historien, d’une réflexion philosophique sur le rapport de l’historien à ses sources, sur la construction d’une entreprise historique particulièrement délicate. Nul doute que Raul Hilberg était le plus qualifié des historiens pour écrire ce livre. Peut-être le fera-t-il dans un prochain opus. Cet ouvrage très marqué par sa construction anglo-saxonne se termine sans conclusion. Il laisse ainsi un double sentiment, d’admiration face à l’ampleur de la tâche entreprise et d’inachevé.


Sébastien Laurent
( Mis en ligne le 19/10/2001 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Allemagne en procès
       de Norman Finkelstein , Ruth Birn

    Ailleurs sur le web :
  • Un entretien avec Raul Hilberg sur le site de l'Humanité (18/03/1998)
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd