L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 16 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

La religion des modernes
Religion et culture de 1800 à 1914 - Allemagne - France - Italie - Royaume Uni
Editions du Temps 2002 /  21,01 € - 137.62 ffr. / 351 pages
ISBN : 2-84274-175-7

Coordonné par Hélène Frechet
Imprimer

Les nouvelles questions à l’agrégation d’histoire sont toujours l’occasion d’entreprises éditoriales nombreuses. Par delà l’aspect commercial, elles sont aussi le moyen de mettre en avant des champs de recherche souvent peu connus et des plus intéressants. Tel est le cas en histoire contemporaine cette année. De nombreux ouvrages paraissent ou reparaissent autour des rapports entre culture et religion dans les principales sociétés européennes du XIXe siècle. Les éditions du Temps publient ainsi un recueil d’articles évoquant certains aspects de cette question, sous les plumes de spécialistes d’histoire religieuse et culturelle.

Les rapports entre la religion et la culture au siècle de la mort de Dieu, pour paraphraser Nieztsche, sont d’une complexité désemparante. On ne saurait les réduire au concept de déchristianisation. En effet, le XIXe siècle, siècle de la sécularisation, est aussi celui de la survivance du religieux, des résistances et des adaptations des différentes églises à un bouleversement profond que le passage de la tradition à la modernité résume.

Le présent ouvrage éclaire cette complexité. Les grands problèmes inhérents à la question - les rapports entre les Eglises et les Etats, la question cardinale de l’enseignement, la place de Rome au sein du catholicisme, les relations entre les différentes confessions, etc... -, sont abordés au travers d’exemples concrets et précis.

Citons parmi les différentes interventions celle de Louis-Pierre Sardella, auteur d’une thèse sur Mgr Mignot, archevêque d’Albi et acteur de la crise moderniste du début du XXe siècle. L’historien décrit de manière fort intéressante le malaise catholique vis-à-vis des nouveaux courants exégétiques venus notamment du protestantisme et d’Allemagne. Bernard Plongeron, professeur honoraire à l’Institut Catholique de Paris, propose un panorama des rapports entre le christianisme et la question sociale depuis Saint-Simon jusqu'à la condamnation romaine du Sillon de Marc Sangnier en 1910.

La mémoire est un enjeu d’importance à l’époque de l’affrontement de Marianne et Sainte-Geneviève ; Christian Amalvi lui consacre un article passionnant décrivant les batailles entre des représentations et des historiographies antagonistes : à la monarchie catholique du Franc Clovis s’oppose la république laïque du Gaulois Vercingétorix. Tout aussi passionnantes sont les études de Jean Baubérot sur l’avènement inédit d’un pluralisme religieux par la mise en place du système concordataire et d’André Encrevé, spécialiste du protestantisme, sur l’attitude des protestants envers la laïcisation et ses enjeux.

Enfin, les arts ne sont pas oubliés avec trois collaborations sur les arts liturgiques, l’Opéra et la Peinture. Yves Bruley montre ainsi comment l’opéra, en se séparant de la musique religieuse au XIXe siècle, alors que la tradition baroque confondait les genres, reflète la scission fondamentale entre le spirituel et le temporel à cette époque. Comme la liberté désignée par Constant, la religion des modernes entre définitivement dans la sphère privée.

S’adressant au premier chef à l’agrégatif d’histoire, ce recueil ne sera pas d’un apport moindre pour ceux que ces questions intéressent. Le tourbillonnement intellectuel et culturel de ce siècle méconnu témoigne de l’importance et de la complexité de la crise du religieux. On pourra cependant regretter que les exemples donnés, sans complètement délaisser les autres pays, se concentrent majoritairement sur la France.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 22/05/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Christianisme et société en France au XIXe siècle
       de Gérard Cholvy
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd