L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Histoire Générale  
 

Lola est là
Jean-Paul Bled   Histoire de Munich
Fayard - Histoire des grandes villes 2009 /  25 € - 163.75 ffr. / 377 pages
ISBN : 978-2-213-62677-2
FORMAT : 15,3cm x 23,5cm

L'auteur du compte rendu : Hugues Marsat est agrégé d'histoire. Enseignant dans le secondaire, il mène parallèlement des recherches sur le protestantisme aux XVIe-XVIIe siècles.
Imprimer

Ayant déjà réalisé une Histoire de Vienne, Jean-Paul Bled, éminent spécialiste du monde germanique, rempile dans la même collection avec une autre biographie urbaine à l’identité catholique bien affirmée : Munich. Le passé de la métropole bavaroise ne se confond pas tout à fait avec celui de la Bavière, mais assurément avec celui de la dynastie des Wittelsbach qui règnent sur la principauté jusqu’en 1918.

L’émergence de Munich, au départ simple village autour d’un monastère où le dernier duc de la dynastie des Welf ou d’Este fait construire un pont sur l’Isar en 1158, précède en effet de peu l’attribution du titre ducal par Frédéric Barberousse à Otton de Wittelsbach. Le fait que les autres villes aujourd’hui bavaroises comme Augsbourg, Ratisbonne et Nuremberg, échappent alors au duché explique simplement que la nouvelle dynastie se soit fixée à Munich, c’est-à-dire «chez les moines» ou «apud munichen» dans le latin d’alors.

Munich ne connaît pas la même évolution politique que de nombreuses cités germaniques. Elle n’échappe jamais à la tutelle des Wittelsbach qui veillent toujours à pouvoir exercer un contrôle des institutions municipales. Jean-Paul Bled prend bien soin au fil des chapitres de montrer ce contrôle et encore plus d’expliquer comment, à partir de la fin du Moyen Age, la dynastie ducale supprime progressivement tout pouvoir aux institutions urbaines pour finir par diriger la ville en maîtresse absolue jusqu’au XIXe siècle. A cette époque, son pouvoir politique s’érode alors que les ambitions politiques des rois de Bavière doivent s’incliner devant la montée de la Prusse des Hohenzollern.

Dès lors, si la présente Histoire de Munich est divisée en onze chapitres restituant les grandes phases de son passé dont les césures procèdent souvent de phénomènes qui lui sont extérieurs, elle souligne aussi clairement les trois grandes périodes de l’histoire bavaroise : le temps des Wittelsbach, l’entre-deux-guerres et l’après Seconde Guerre mondiale. Un découpage qui n’a rien d’étonnant dans l’histoire allemande.

La première époque conduit l’auteur à mettre l’accent sur trois aspects : montrer la main mise de la dynastie sur la ville, on l’a dit ; évoquer la politique dynastique dont les retombées sont susceptibles d’affecter la cité, comme l’engagement comme champion du catholicisme qui conduit à faire de la cité bavaroise une véritable Rome allemande mais aussi à son occupation en 1632 par Gustave Adolphe qui a l’humanité de lui épargner le sort de Magdebourg ; souligner enfin la politique de construction monumentale et d’urbanisme suivie par les Wittelsbach au fil des siècles et au grès des courants artistiques faisant de Munich la vitrine de la dynastie et débouchant sur la constitution d’un ensemble patrimonial unique au monde. A la fin du XIXe siècle, Munich est plus que jamais une Kunststadt, l’Athènes sur l’Isar du sixième chapitre, alors qu’elle a perdu toute grandeur politique.

Si les illustrations nécessaires ne manquent pas, il faut regretter quelques choix éditoriaux discutables : photos de petites tailles, en noir et blanc et peu lisibles, qui réussissent quand même à montrer tout le faste du baroque et du rococo ; gros plan architecturaux privilégiés sur une photographie d’ensemble qui, lorsqu’elle existe, est souvent très lointaine. L’iconographie n’est pas ici au service du texte mais sert juste à en égayer les pages. L’utilité des nombreux portraits qui figurent dans cette histoire de Munich, à commencer par ceux de Lola Montez ou Richard Wagner, semblent des plus discutables, surtout quand le premier occupe une pleine page sans que figure le nom de son auteur et quand le deuxième est une photographie casée dans un coin.

Heureusement les illustrations deviennent plus parlantes dans les chapitres traitant de l’entre-deux-guerres. Ceux-ci mettent bien évidemment l’accent sur la lutte politique dont Munich est l’enjeu et, la balance penchant nettement à droite, le bastion du nazisme qu’elle devient, même si au cours de la guerre le mouvement de la Rose blanche vient nuancer cet état de fait. En définitive, c’est le fédéralisme de l’Allemagne contemporaine qui permet à la ville de renaître de ses cendres en tant que grande métropole économique et culturelle et d’obérer partiellement son noir passé immédiat grâce au scintillement de son riche patrimoine et la popularité de son Oktoberfest.

Jean-Paul Bled réussit l’objectif éditorial en donnant un panorama complet de l’histoire de la métropole bavaroise, mais cela reste un panorama à la différence de l’Histoire de Gênes paru dans la même collection, la même année. L’Histoire de Munich est une bonne synthèse, comme on pouvait en attendre une du grand spécialiste qu’est l’auteur, mais elle laissera un peu sur sa faim le lecteur en quête de plus d’exhaustivité ou de détails précis notamment. Un même manque est à déplorer cependant : l’absence de plan de la ville à différentes époques, que ne supplée pas une photographie de la maquette de la ville en 1570 et une gravure de Munich et de ses faubourg en 1875, placées à l’intérieur des couvertures.


Hugues Marsat
( Mis en ligne le 04/05/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire de la Prusse
       de Jean-Paul Bled
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd