L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 10 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Variations autour du/des temps de l’histoire
Christian Delacroix   François Dosse   Patrick Garcia    Collectif   Historicités
La Découverte - Armillaire 2009 /  24 € - 157.2 ffr. / 299 pages
ISBN : 978-2-7071-5679-2
FORMAT : 13,5cm x 22cm

L’auteur du compte rendu : agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale (thèse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prêtre Jean, XIIe-XVIe siècle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur de Première Supérieure au lycée Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publié L’Histoire en France du Moyen Âge à nos jours. Introduction à l’historiographie (Flammarion, 2002).
Imprimer

Dans leur collection «Armillaire», les éditions La Découverte publient, sous la direction de Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia, universitaires, historiens spécialistes d’historiographie, un ouvrage consacré à une notion relativement neuve en histoire, du moins sous ce terme : l’historicité. Quinze articles auxquels s’ajoutent deux inédits, l’un de Paul Ricoeur, l’autre de Reinhart Koselleck.

Depuis les années 80, François Hartog a proposé de réfléchir à ce qu’il a appelé le «régime d’historicité», notion qu’il propose pour la première fois dans une note critique d’un article des Annales ESC («Marshall Salins et l’anthropologie de l’histoire», novembre-décembre 1983). Il élabore sa réflexion à un moment où se pose de façon renouvelée la réflexion sur le temps à la fois lorsque paraissent Les Lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, et alors que les travaux de Paul Ricœur (Temps et récit, La Mémoire et l’oubli) rencontrent un fort écho chez les historiens. Les travaux de l’historien allemand Reinhart Koselleck (1923-2006) - «c’est la tension entre l’expérience et l’attente qui suscite de façon chaque fois différente des solutions nouvelles et qui engendre par là le temps historique», p.140) – auteur dont l’ouvrage Futur Passé : contribution à la sémantique des temps historiques (1979) a été publié en Français en 1990, rencontrent alors les préoccupations d’historiens français. Tandis que, sur d’autres plans, cette période est aussi celle durant laquelle les historiens français manifestent leur intérêt pour l'événement, naguère décrié et délaissé par l’Ecole des Annales. Autant de pistes et de lectures neuves, alors que se pose outre-Atlantique la question du linguistic turn, et que les Annales proposent le «tournant critique».

François Hartog revendique la part qu’a tenue dans l’élaboration de la notion de «régime d’historicité» sa lecture de Marshall Salins, l’anthropologue américain. Assez vite la notion intéresse, et, en 2003, le centre d’histoire sociale du XXe siècle de Paris I organise un colloque sur «Les usages politiques de l’histoire» (publié en 2006 par Claire Andrieu et alii) ; à la même époque, paraît Historicités de l’action publique, sous la direction de P. Laborier et D. Trom.

Historicités est le résultat d’un séminaire organisé par l’IHTP et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Saint Quentin en Yvelines («Régimes d’historicité et modèles temporels en histoire», 2001-2002). La notion d’historicité est présentée sous divers angles, en quatre parties : «Généalogies», «Le moment Koselleck», «Un nouveau régime d’historicité ?», «Transversalités disciplinaires». Cette dernière partie est sans doute la plus stimulante, dans la mesure où elle présente des usages possibles de la notion. Chaque contribution se clôt sur une courte bibliographie qui invite à aller plus loin. L’ambition des directeurs de l’ouvrage est affichée d’emblée dans l’avant-propos : «D’autres disciplines que l’histoire contribuent à analyser la pluralité des formes d’historicité. Pour tester l’hypothèse du «tournant historique» qui est à l’origine de cet ouvrage, la perspective pluridisciplinaire est bien sûr indispensable pour mesurer la complexité de la notion d’historicité, qu’elle soit déclinée par le philosophe, l’anthropologue, le psychanalyste, le linguiste ou le géographe. Une manière, pour nous, de ne pas mettre l’histoire seule au centre de la circularité de compréhension entre notre condition historique et notre besoin de l’historiciser» (p.9).

La première partie s’ouvre sur une conférence de Paul Ricœur, «La distance temporelle et la mort en histoire», inédite en Français et prononcée à l’occasion du centenaire du philosophe allemand Hans-Georg Gadamer (1900-2002). Puis trois chapitres plus factuels posent la généalogie de la notion et l’analysent au fil des siècles : Droysen et l’historicité, les historicités grecques et leurs ruptures. La deuxième partie est tout entière consacrée au «moment Koselleck», auteur dont la pensée fondatrice dans ce domaine est ainsi soulignée et à qui, d’une certaine façon, cet ouvrage est dédié. Un texte inédit de Koselleck («La désagrégation de la «maison» comme entité de domination. Quelques remarques sur l’évolution du droit réglementant maison, famille et domesticité en Prusse entre la Révolution française et 1848») et deux articles sur sa contribution à la théorie de l’histoire y sont inclus. En effet, après des recherches centrées sur les réformes prussiennes, dans les années 1970 Reinhart Koselleck a principalement réfléchi à la théorie de l’histoire, avec des travaux qui lui ont valu l’intérêt de Paul Ricœur qui lui consacre un chapitre entier dans Temps et récit. J. Hook, qui analyse l’apport de Koselleck à la théorie de l’histoire, termine son article par une citation éclairante de Koselleck : «Du point de vue de la tâche scientifique d’une théorie de l’histoire, il s’agit de savoir ce qu’elle produit au plan analytique afin de conquérir un ordre rationnel sur le chaos du matériau historique ou sur le présavoir historique. L’histoire elle-même (si ce terme chargé d’idéologie peut être accepté) est irrationnelle - c’est tout au plus son analyse qui est rationnelle» (allocution prononcée à l’occasion du 85e anniversaire de G. Gadamer, Février 1985, p.112).

La troisième partie s’interroge sur «Un nouveau régime d’historicité» et s’ouvre par un entretien avec François Hartog, qui raconte comment il en vient à proposer la notion et quel usage on peut en faire : «le régime d’historicité (…) aide à mesurer comment, ici et là, hier et aujourd’hui, les hommes, jetés dans l’existence, pris entre l’expérience et l’attente, ont fabriqué du temps humain ou social dans un monde qui n’a jamais ignoré échanges, interactions et conflits. Il aide à travailler» (p.148). Des contributions s’interrogent aussi sur le poids de la mémoire dans notre société et les usages faits de l’histoire (en particulier celles de P. Garcia et de H. Rousso). Enfin une quatrième partie réfléchit aux transversalités disciplinaires et donne des exemples concrets de l’utilisation de la notion d’historicité dans l’écriture de la psychanalyse, l’anthropologie, l’histoire, la géographie, etc.

Un ouvrage dense, destiné à un public universitaire, plutôt tourné vers la philosophie de l’histoire. Le lecteur familier de l’historiographie mesurera lui-même, en fonction de son expérience et de ses centres d’intérêt, la valeur de l’apport d’un tel ouvrage à la pratique de l’historien.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 17/11/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Histoire en miettes
       de François Dosse
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd