L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 16 janvier 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Un archéologue contre les linguistes
Jean-Paul Demoule   Mais où sont passés les Indo-européens ? - Le mythe d'origine de l'Occident
Seuil - La librairie du XXIe siècle 2014 /  27 € - 176.85 ffr. / 750 pages
ISBN : 978-2-02-029691-5
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

L'auteur du compte rendu : Jean-Pierre Sarmant est inspecteur général honoraire de l’éducation nationale.
Imprimer

Appuyé sur une vaste érudition, l’essentiel du livre de Jean-Paul Demoule présente de façon pertinente les incertitudes des études indo-européennes et les errements auxquels elles ont pu conduire. Il n’en reste pas moins que l’on ressent dès le début l’impression d’un portrait à charge avec des arrière-pensées politiques. 

Jean-Paul Demoule admet comme postulat que le désir de créer un mythe des origines différent de la tradition biblique est à l’origine de ces études, négligeant la nécessité d’une authentique recherche scientifique motivée par ce qu’il reconnait être, faute d’admettre une parenté, de fortes «ressemblances» entre les langues qualifiées d’indo-européennes.

Plus loin, l’auteur s’acharne contre les différents modèles «en arbre généalogique», en se gaussant de leur nombre de même que de la diversité des patries d’origine proposées. Bien entendu, ces modèles demandent à être pris avec prudence, il ne faut toutefois pas ignorer le relatif consensus qui, de Marija Gimbutas à David Anthony, s’est dégagé au cours des quatre dernières décennies.

Selon J.-P. Demoule, il faut renoncer à la simplicité de ce «modèle standard» et rechercher d’autres modèles, «bien plus complexes mais infiniment plus intéressants». La partie du livre consacrée à ces modèles alternatifs (expliquant les ressemblances par des emprunts, des interférences, des mélanges, pidgins, créoles…) est particulièrement succincte (39 pages sur 737). Il faut dire que l’appel à trouver une alternative au modèle de parenté généalogique date déjà de près d’un siècle et n’a pas conduit à beaucoup de développements susceptibles de contribuer à la solution de l’énigme.

L’exemple toujours cité pour imaginer un modèle alternatif est celui, avancé en 1928 par le prince Nikolaï Troubetskoï, du Sprachbund constitué par les langues balkaniques après cinq siècles de joug ottoman. La convergence signalée est réelle mais limitée à quelques aspects grammaticaux et à quelques emprunts de vocabulaire pratique. En revanche, les termes du vocabulaire fondamental (nombres, parentés…) restent clairement identifiables comme grecs, slaves (bulgare et macédonien), albanais ou romans (roumain ou valaque).

On comprend que les linguistes de profession ne se soient pas laissés facilement détourner d’un modèle généalogique qui suppose une langue (ou un complexe linguistique plus ou moins étendu dans l’espace et dans le temps) d’où les langues indo-européennes dérivent à la manière dont les langues romanes dérivent du latin. C’est précisément là que le bât blesse : l’auteur n’est pas un linguiste mais un archéologue. De façon tranchée, il fait fi de deux siècles de travaux et prétend apporter à la «question indo-européenne» une réponse personnelle en contradiction avec l’opinion de la très grande majorité de la communauté internationale des spécialistes du sujet.

La partialité politique de l’ouvrage est également patente : quiconque croit à l’existence des Indo-européens devrait désormais être considéré comme un néo-nazi.


Jean-Pierre Sarmant
( Mis en ligne le 27/01/2015 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La France archéologique
       de Jean-Paul Demoule
  • On a retrouvé l'histoire de France
       de Jean-Paul Demoule
  • La Fabrique de l'archéologie en France
       de Jean-Paul Demoule , Christian Landes , Collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd