L'actualité du livre et du DVDrencontre rencontrefemme Mercredi 22 octobre 2014
    
 
     
Le DVD
Blu-ray Disc

Animation / manga
Films
Séries Télé
Documentaires
Musique & Spectacles
Jeunesse
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un réalisateur/acteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Blu-ray Disc  
Kafkaïen
de Roman Polanski
avec Catherine Deneuve
Filmedia Aventi Distribution 2012 /  19,99  € - 130.93 ffr.
Durée film 100 mn.
Classification : - 8 ans

Sortie Cinéma, Pays : Royaume-Uni, 1965
Sortie BD : Avril 2012

Version : 1 BD-25, zone B
Format vidéo : PAL, Format 1.77, 1080p.
Format image : N&B, 16/9 compatible 4/3
Format audio : Anglais, Français, DTS-HD Master Audio 2.0

Sous-titres : Français


Bonus :
- Documentaire : Répulsion, un film d’horreur britannique (25 min. - VOST)
- Commentaire audio de Catherine Deneuve et Roman Polanski (VOST)
- Interview audio du professeur Richard L. Gregory (12 min. - VOST)
- Galerie de photos
- Galerie de dessins

Imprimer


Première œuvre se passant dans les appartements avant Rosemary's baby et Le Locataire, Répulsion marque la vision étrange et réaliste, héritée de Franz Kafka, dans le cinéma de Roman Polanski. Ici l'approche n'est pas fondée sur l'apparition de monstres ni des fous furieux habituels des films d'horreur mais sur la simple présence humaine, la nôtre, la vôtre, un simple visage qui masque tout un monde obscur et déroutant. Plus on regarde une personne et plus l'ambiguïté nous envahit alors peu à peu. Cette approche caractérise véritablement le cinéma de Roman Polanski. Ainsi dans Le Locataire où la peur et l'étrangeté jaillissent de la bizarrerie humaine. Le fantastique chez le cinéaste est un fantastique à la lettre, celui qui prend racine dans la complexité du réel et non venu d'êtres extra-humains.

Carol (Catherine Deneuve), jeune femme introvertie, travaille comme manucure dans un institut de beauté. Sous son apparence timide se dissimule une peur panique des hommes, qu'elle parvient à taire moyennant quelques absences et tics légers. Ce vernis (celui-là même qu'elle applique sur les ongles de ses clientes) est amené à craquer au rythme des avances de Colin, des ébats quotidiens de sa sœur avec son amant, du carillon du petit couvent de la rue en face, évènements lui rappelant la névrose dont elle ne parvient à se défaire et qui la maintient dans une posture de petite fille pour qui l'homme est une menace. Elle fantasme la nuit sur un ouvrier qu’elle a vu et qui se glisse dans sa chambre avant de lui faire l’amour.

Le spectateur finira par simplement observer cette jeune femme blonde, dans ce grand appartement. Il n'y a là rien de kitsch car en plein swinging London, Roman Polanski montre l'envers non seulement d'un décor (l'appartement qui se transforme au gré de la folie de Carol) mais aussi celui d'un être qui ne parvient pas à exister en pleine période de libération sexuelle. Elle est de surcroît une jeune femme blonde, belle et érotique, qui n'a rien ici a priori de proprement désincarné.

Le Blu-Ray retrace fidèlement les nuances du noir et blanc mettant bien en valeur la belle lumière du directeur de la photographie, Gilbert Taylor. Roman Polanski n'aime guère ce film sans doute par son manque de précision dans la mise en scène, une musique de jazz un peu trop appuyée parfois. Si l'on peut être d'accord avec ce point de vue, le film possède néanmoins des idées fortes qui annoncent les œuvres majeures du cinéaste, notamment par le souci de détails concrets (le lapin qui se décompose lentement dans le salon, les tics de Carol, etc.) et cette scrupuleuse observation de la vie réelle d'une jeune femme qui devient folle.

Répulsion est un film étrangement calme la plupart du temps, dans lequel la mise en scène joue savamment du plan séquence, de la profondeur de champ, laissant le temps s'écouler. C’est là que surgit l’effroi, dans cette façon de retracer une individualité avec un regard autant réaliste qu’humain. Et ici, à l'inverse de la plupart des films d'horreur, ce n'est pas la criminelle qui cherche ses victimes, ce sont les victimes qui viennent chercher la criminelle. Une idée hautement kafkaïenne.


Yannick Rolandeau
( Mis en ligne le 01/06/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Carnage
       de Roman Polanski
  • Coffret Polanski
       de Roman Polanski
  • Le Pianiste
       de Roman Polanski
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2014
     
    rencontre site de rencontre annonce rencontre rencontre belgique rencontre femme rencontre homme livre dvd chat rencontre