L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 28 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Portrait de l'autre, portrait de soi
Noémi Lefebvre   L’Autoportrait bleu
Verticales 2009 /  13.9 € - 91.05 ffr. / 144 pages
ISBN : 978-2070126330
FORMAT : 14cm x 20cm

L’auteur du compte rendu : Arnaud Genon est docteur en littérature française, diplômé de l’Université de Nottingham Trent (PhD). Membre du Groupe «Autofiction» ITEM (CNRS-ENS), cofondateur des sites http://herveguibert.net/ et http://autofiction.org/, il est aussi l'auteur, chez l'Harmattan, de Hervé Guibert. Vers une esthétique postmoderne (2007).
Imprimer

Dans l’avion qui la ramène en France après un séjour à Berlin, la narratrice de cet Autoportrait bleu, premier roman de Noémi Lefebvre, égrène les récents souvenirs liés à son voyage, laisse libre cours à ses pensées, ses réflexions qui portent sur «le pianiste» qu’elle y a rencontré, sur le compositeur et peintre Schönberg, sur la musique, la complexité du désir, sur l’Allemagne du IIIe Reich ou encore sur la correspondance entre Thomas Mann et Theodor W. Adorno.

Mais comme dans tout flux de conscience, les mots en appellent d’autres, les idées glissent et amènent la narratrice à évoquer différentes anecdotes, l’invitent à revenir sur elle-même, à interroger sa vie, son éducation, sa manière d’être et sa supposée désinvolture, ses échecs (son mariage notamment), ses occasions manquées.

L’Autoportrait bleu est le titre que donna Schönberg à une de ses toiles : «antinazi le regard et antinazi le bleu du portrait, ce regard de Schönberg ne disait rien de bon quant à l’œuvre d’art de l’avenir, suggérait une inquiétude sur l’avenir, se situait bien au-delà de toute définition de l’œuvre et de l’avenir». Œuvre de résistance avant l’heure – car peinte en 1910 –, elle traverse le roman jusqu’à en constituer une mise en abîme. En fait, cet autoportrait est celui qui permet à la narratrice – l’auteur ? – d’écrire le sien propre, car pour écrire sur soi, il faut toujours en passer par l’autre.

Les références à la culture germanique sont nombreuses dans le livre, mais on peut en ajouter une autre. En effet, à la lecture, on pense parfois à Thomas Bernhard – autre artiste «résistant» – pour le style, pour l’utilisation de longues phrases parfois circulaires, ressassant mots et expressions mais progressant de digressions en digressions. Et autant dire que cette comparaison au maître Thomas Bernhard doit se lire comme un joli compliment.


Arnaud Genon
( Mis en ligne le 18/09/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd