L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 6 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 
Dossier Robert Louis STEVENSON
La Route de Silverado
Le Maître de Ballantrae
Un entretien avec Michel Le Bris
STEVENSON : Chronologie

Une odyssée initiatique
Robert Louis Stevenson   La Route de Silverado
Phébus - Libretto 2000 /  12.06 € - 78.99 ffr. / 512 pages
ISBN : 2-85940-689-1

édition établie et présentée par Michel Le Bris
Imprimer

Le voyage que fit Stevenson de Londres à la côte Ouest des Etats-Unis en 1879 marque le grand tournant de sa vie et de son oeuvre. Parti "dandy en veste de velours", il en revint, après avoir enduré les pires tourments, complètement transformé. Ce livre rassemble les écrits qu'il a consacrés à cette incroyable épopée initiatique.

En 1879, il approche de ses trente ans. Dandy gâté par la vie, promis à une belle carrière de dramaturge, le jeune homme rompt pourtant avec sa famille et un milieu aisé pour rejoindre en Californie Fanny Osbourne, grand amour de sa vie et Américaine divorcée, dont son père ne veut pas entendre parler. Brutalement privé de tous moyens, très fragile physiquement, il entreprend un terrible périple en bateau puis en train, partageant la vie et le sort des émigrants les plus misérables.

Un calvaire qui perdure dans l’Ouest où Stevenson connaît pauvreté, faim, maladie, et à trois reprises presque la mort. Le terme du voyage sera Silverado où il trouvera enfin un peu de paix. Une année initiatique qui fera de lui l'auteur des chefs-d'oeuvre que sont l'Ile au Trésor, Dr Jekyll et Mr Hyde ou le Maître de Ballantrae. Rongé par la tuberculose, Stevenson disparaîtra très prématurément en 1894, à l'âge de quarante-quatre ans.

Il faut rendre hommage à Michel Le Bris qui, depuis plus de vingt ans, consacre travaux érudits et éditions exhaustives à cet auteur hors normes. Dans ce recueil, opportunément réédité dans la collection "Libretto" de Phébus, il a rassemblé tous les récits relatifs au voyage vers l'Ouest. L'Emigrant Amateur et les Squatters de Silverado sont complétés par des lettres et des articles qui permettent de mieux prendre la mesure de la solitude, des doutes et de l'incessant travail littéraire de l’écrivain en exil. Des éléments harmonieusement mis en relief dans une préface très bien documentée.

L'émigrant amateur est un extraordinaire diptyque. Volet "mer", il relate la traversée atlantique sur le steamer Devonia, véritable arche de Noé bourrée d'émigrants qui sont autant de ratés, de déçus, à qui Stevenson, lucidement, donne bien peu de chances de mieux réussir outre-mer. L'occasion pour lui d'une hallucinante galerie de portraits, où il peint de vraies "tronches" (ses descriptions de nez annoncent Edmond Rostand !) et fouille les coeurs et les reins, les gravant au burin dans un style précis.

Intercalant dans son récit des réflexions sociologiques, philosophiques, métaphysiques même, brèves mais percutantes, il ne freine pourtant jamais un récit mené de main de maître et digne du plus vivant des conteurs. Volet "terre", le récit retrace la traversée du continent américain, de part en part, dans une interminable odyssée ferroviaire ; nouvelle collection de personnages-types, américains cette fois : colon hollandais de Pennsylvanie, "gentleman de couleur", crieur de journaux, possédant tous une présence extraordinaire, une intense vérité.

Viennent ensuite les Squatters de Silverado, merveilleuse histoire de trois fous, Robert-Louis, Fanny enfin épousée, et Lloyd le tout jeune fils de celle-ci, décidant de vivre à la sauvage, dans une ruine ouverte à tous vents, au pied d'une mine d'argent désaffectée perchée au-dessus de la vallée de la Napa. On y trouve en majesté deux qualités majeures de l'art de Stevenson: une légère distance, pleine d'humour mais en même temps très humaine, et une étonnante puissance descriptive. Sous sa plume, le feu, la brume, les vagues se muent en de véritables personnages et le décor se déploie dans toute sa grandeur. On sait d'ailleurs aujourd'hui tout ce que l'Ile au Trésor doit à la Californie !

Bref, de superbes récits, bien traduits, intelligemment mis en perspective et qui frappent par leur puissance d'évocation et leur profondeur de vue. Anticipant sur les futurs chefs-d'œuvre qui allaient naître coup sur coup après le retour en Europe du couple Stevenson, ils permettent de mieux comprendre la mutation que le voyage en Californie a provoquée chez Stevenson. Le chaînon manquant en quelque sorte !


Florence Trocmé
( Mis en ligne le 22/01/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd