L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 21 octobre 2020
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2020
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Poches  
 

Nick le magnifique
Alan Hollinghurst   La Ligne de beauté
Le Livre de Poche 2008 /  6.95 € - 45.52 ffr. / 635 pages
ISBN : 978-2-253-11806-0
FORMAT : 11x18 cm

Traduction de Jean Guiloineau.
Imprimer

Que d’insouciance, la vie semble si facile, si agréable. Nous sommes au début des années 1980 dans un Londres foisonnant, la haute bourgeoisie se dore au soleil de ses résidences secondaires, on glose dans les cocktails, on se congratule, arborant un sourire toujours de circonstance. En cet été 1983, Nick Guest est heureux. Issu d’un milieu modeste, il vit depuis peu dans l’hôtel particulier de la famille Fedden : le père, Gérald, est un politicien plein d’avenir, son épouse, toujours parfaite, sa fille, une maniaco-dépressive et son fils Toby, un homosexuel refoulé. Nick est un peu le second fils, le brillant étudiant au verbe intelligent qui a su se fondre parmi eux, par sa distinction. De soirées aux discussions animées en parties de polo, Nick ressemble à un héros de Fitzgerald, aux contours impeccables, indolent et frivole.

Amoureux de Léo, un jeune black désabusé, Nick connaît son premier amour, avec ses doutes, sa légèreté incandescente. Il découvre le milieu gay de Londres, où l'on ne s’affiche pas encore ouvertement, où l'on se terre. Bien que son homosexualité soit connue de tous, elle n’est jamais affirmée, elle est une sorte de fantaisie passagère pour les Fedden. Toby n’a-t-il pas fait le choix de se fiancer, malgré ses préférences sexuelles peu avouables ? L’apparence est de mise, elle tenaille, soudoie les êtres. Et Nick l’apprendra à ses dépens : lui le fils d’antiquaire, n’est-il finalement pas cet intrus, dans une société qui ne souffre aucun égarement ?

Débutant avec nonchalance, La Ligne de beauté se pare peu à peu de touches plus sombres, pour devenir une fresque cynique et impitoyable. Nick en ange déchu est un personnage naïf, trop humain pour une société corrompue. Au dehors, le SIDA fait rage, et pourtant, on fait semblant, semblant de ne pas savoir, de ne pas s’en soucier. Mais La Ligne de beauté, au-delà d’une œuvre sur l’acceptation de l’homosexualité, est avant tout un roman magistral. Par son écriture d’une rare maîtrise, Alan Hollinghurst est un bâtisseur d’émotions et d’atmosphères singulières. Récompensé par le Man Booker Prize, La Ligne de beauté est de ces livres qui marquent, par sa force narrative intuitive et intelligente.


Catherine Martinez-Scherrer
( Mis en ligne le 04/06/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd