L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 24 août 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2019
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

Un Siniac en grande forme
Pierre Siniac   Le crime du dernier métro
Baleine - Série grise 2001 /  5.95 € - 38.97 ffr. / 168 pages
ISBN : 2-84219-330-X
FORMAT : 11 x 17
Imprimer

Le 17 mai 1937, une femme, Laetitia Toureaux était assassinée dans un wagon du métropolitain où elle se trouvait seule, entre les stations Porte de Charenton et Porte Dorée. Malgré des investigations minutieuses, la police ne parvînt jamais à élucider cette étrange affaire. En se basant sur ce meurtre mystérieux, Pierre Siniac a imaginé une intrigue quasi similaire. Un retraité de l'enseignement, Albert Frangillard monte dans un wagon à la station Jules Joffrin. Dix minutes plus tard, à l'arrêt Max Dormoy, on le retrouve pendu :un trajet rapide au cours duquel il a trouvé la mort par strangulation, sans avoir apparemment lutté contre son agresseur. Que s'est-il passé ? Crime ou suicide ? Seulement deux hommes semblent pouvoir être mis en cause : les deux pauvres types qui ont découvert le malheureux vieillard grand amateur de timbres rares alors qu'ils montaient justement à Max Dormoy. L'enquête commence et après les premières constatations d'usage, c'est le commissaire Cliquetangueuse qui prend les choses en main.
A partir de là, Pierre Siniac construit un roman policier dans la grande tradition des Maigret et autre Rouletabille. Fine étude des lieux et milieux, description soignée des protagonistes - en particulier celle d'une vieille femme dévoreuse de polars -, vérités et mensonges. Siniac dans un style simple sans effet de manches nous balade sur les rames d'une affaire dont il est impossible de dénouer les fils avant d'atteindre les trois dernières pages. Bien sûr, on se doute bien que le bonhomme ne s'est pas assassiné tout seul ! Mais s'est-il réellement suicidé et surtout comment y est-il parvenu ? Quand on sait - et il suffit de lire la page 163 pour n'en pas douter - que Signiac a écrit cette histoire en six jours, on ne peut que saluer sa performance. Tout se tient et se dévore d'une traite. On connaît trop d'auteurs laborieux et prétentieux qui n'hésitent pas à nous assommer de formules ampoulées et savantes - histoire de se rassurer sur leur talent - pour ne pas hésiter un seul instant à recommander cette dernière livraison d'un Pierre Siniac qui n'a rien à envier à ces Rastignac de la galaxie policière. Chapeau !


Jean-Marc Loubier
( Mis en ligne le 02/09/2001 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Reflets changeants sur mare de sang
       de Pierre Siniac
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd