L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 août 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Le Conteur italien
Dino Buzzati   Nouvelles inquiètes
10/18 - Domaine étranger 2008 /  8.60 € - 56.33 ffr. / 389 pages
ISBN : 978-2-264-04793-9
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Traduction de Delphine Gachet.
Imprimer

Reprendre la lecture de Buzzati, c'est comme repenser à un amour perdu. Il y a toujours un moment où celui-ci nous trotte dans la tête. Alors voir paraître quelques nouvelles rares ou jamais éditées sous forme de recueil correspond à ce plaisir que l'on aurait à retrouver une femme disparue. Buzzati fait partie de notre vie. Parce qu'il est le témoin-conteur de celle-ci. Ce que nous ne voyons pas, il l'observe. Ce que nous ne voulons pas voir, il le met sous nos yeux en appuyant là où ça fait mal. Ce que nous ne voulons pas croire, il l'écrit sous une forme inquiétante. Une inquiétante étrangeté, dirions-nous, ou la banalité de nos vies, la médiocrité des hommes, l'héroïsme anonyme, un fantastique qui pourrait advenir, un merveilleux qui reste commun, une rêverie qui devient un cauchemar prennent tout leur sens.

En ouvrant un livre de Buzzati, on croirait feuilleter des pages qui s'écrivent au fur et à mesure que nous lisons, en simultané comme on dit, tant le lecteur est projeté dans un quotidien si proche, dans un univers si banal où d'un coup la fracture donne le ton. Buzzati est un conteur hors pair, qui laisse derrière son passage l'idée obscure d'une bizarrerie, d'une étrangeté, voire du fantastique tout simplement parce que la précision de ses nouvelles en prise avec un réel très concret est si proche qu'on voudrait le voir s'éloigner. Lorsqu'on laisse Buzzati, après avoir fini l'une de ses nouvelles, on sait pertinemment qu'on va le retrouver quelques temps plus tard, comme pour se rappeler le bon temps passé en sa compagnie.

Si l'éditeur a préféré (à juste titre) l'adjectif «inquiètes» à «inquiétantes» pour nommer ce recueil, c'est avant tout au nom de cette idée précise. Inquiétantes, oui ; mais inquiètes, comme si elles nous renvoyaient à notre propre conscience. Inquiètes encore une fois car Buzzati parle de nous, va loin dans l'exploration de nos lâchetés, notre médiocrité, notre fragilité et nos angoisses communes.

Buzzati compose sur la fragilité de l'être baigné dans le quotidien de nos civilisations modernes, c'est-à-dire en proie à la déshumanisation. Ici, la fin d'un amour condamné par un tribunal divin, là, un meurtrier pardonné d'avoir commis un crime car l'atmosphère de la rue s'y prêtait, ou encore une femme précipitée dans un lac et qui revient sous forme de roseau inoffensif. Sans oublier cette nouvelle géniale où un roman pousse dans le crâne d'un homme qui par ambition démesurée et manque de patience va le saccager. Et que dire de celle où un homme voit son corps dans un manuel de médecine, présageant son funeste avenir ! Là est le talent de Buzzati, se servir d'une situation souvent banale dans nos sociétés violentes et en retirer le mystère, l'insondable, l'innommable pour créer le vrai malaise, atemporel et universel.

En cinquante récits brefs, Buzzati fait ce qu'il a su faire de mieux : du Buzzati. Même si les nouvelles répertoriées ici sont inégales, le souffle de l'auteur du K réapparaît dans un détail, une description, bref, une faille. Le style ne change pas : narration, simplicité, construction de l'événement avec la présentation du cadre, l’intrigue minimaliste, le développement, puis la chute avec de temps à autre une ouverture métaphysique. Il y a aurait beaucoup à dire sur l'acte de création chez l'écrivain italien, chacune de ses nouvelles s'apparentant à ce thème... Mais la lecture vous attend.

Buzzati est l'auteur du gouffre. Ses nouvelles sont écrites comme des enquêtes policières alors qu'il ne s'agit que de recherches sur soi-même. Qui sommes-nous ? C'est ce que semble nous demander chacun des textes. Mieux : qui sommes-nous véritablement ? Ce recueil, avec son cortège de curiosités, de malaise, d'absurde, mais surtout de mystère, remplit son contrat.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 26/01/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd