L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 6 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Un médecin
Victor Cohen Hadria   Les Trois saisons de la rage
Albin Michel 2012 /  7.60 € - 49.78 ffr. / 480 pages
ISBN : 978-2-253-16665-8
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en août 2010 (Albin Michel)
Imprimer

L’histoire se passe en 1859. Le soldat Brutus Délicieux, illettré, ordonnance du médecin-major Charles Rochambeau, lui demande d’écrire régulièrement à sa famille et à sa promise, illettrées elles aussi, pour les tenir au courant de sa vie durant les cinq années qu’il va passer à l’armée. Ces cinq années auraient dû être vécues par un autre, qui, plus fortuné, a pu envoyer Brutus à sa place, moyennant de forts subsides alloués à la famille. Les lettres sont adressées au médecin du canton, le docteur Jean-Baptiste Le Cœur ; les deux praticiens font office de boîte aux lettres et d’écrivains publics. La vie de cette famille Délicieux est la trame du roman, tout se rattache à elle, y compris la chute, totalement inattendue.

Les premières lettres sont de simples comptes rendus joints à quelques phrases de politesse, puis, peu à peu, Rochambeau et Le Cœur en viennent aux confidences. Ils commencent par des échanges professionnels, des considérations diverses sur l’armée, le goût de puissance des hommes, les calculs politiques, ils en viennent ensuite à parler de leurs propres existences, de leurs choix de vie, de leurs qualités, de leurs défauts, de leurs hésitations… Une véritable amitié se développe, pleine d’empathie, de conseils judicieux et de sincérité.

Parallèlement, Jean-Baptiste Le Cœur nous livre son journal de médecin, riche d’informations sur la vie dans les campagnes au XIXe siècle. La dureté de l’existence, les croyances désuètes, la brutalité, l’avidité, l’ignorance et les superstitions, tout est là, avec en filigrane une réflexion permanente sur le sexe, la façon dont l’église le perçoit, la façon dont il est vécu au quotidien, sa pratique avec ou sans tabous, son importance inavouée. Une thèse est en cours, à laquelle le médecin travaille quand il en a le temps, et qui vise à démontrer que «la rage qui tue plus que la vérole est le fruit de la contention sexuelle».

Ce médecin humaniste, entretenant des rapports curieux avec les curés et les sorciers, partisan de la vaccination et de la propreté, soignant gratuitement les indigents, portant sur ses contemporains un regard lucide, posant des questions sans solutions mais visionnaires, est merveilleusement mis en valeur par l’écriture érudite de Victor Cohen Hadria, dans laquelle on retrouve toute l’acuité de Maupassant, sa perspicacité, le mélange heureux d’observations réfléchies et d’instantanés frais. Et bien que le roman soit impitoyable, son âpreté ne gâche pas le plaisir d’une lecture attrayante, intéressante, qui ne nous fait interrompre son cours qu’à regret.


Dany Venayre
( Mis en ligne le 08/06/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd