L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 21 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Pour Tommy Elek (1924-1944)
Alain Blottière   Le Tombeau de Tommy
Gallimard - Folio 2011 /  5,70 € - 37.34 ffr. / 247 pages
ISBN : 978-2-07-044043-6
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en septembre 2009 (Gallimard - Blanche)
Imprimer

Si ce roman se démarque par sa forme narrative surprenante, il laisse un sentiment mitigé sur son entreprise historico-littéraire. Alain Blottière (né en 1954) décide de consacrer un livre à Thomas Elek, dit Tommy, jeune résistant et martyr d’origine hongroise, dans un roman où il lui consacre un film. Cela fait beaucoup pour un seul homme, aussi digne et courageux fut-il.

Passionné par l’histoire tragique du jeune homme entré en résistance à l’âge de 16 ans, Blottière, le narrateur, décide d’engager Gabriel, jeune lycéen rencontré sur une esplanade de skate-board, au vue de la ressemblance saisissante avec le défunt. Acteur non-professionnel, Gabriel va très vite s’identifier au personnage au point de sombrer dans une sorte de déprime mélancolique ayant un lien direct avec la vie de Tommy et celle du tournage oppressant qu’il subit. Si les scènes à tourner sont de plus en plus dures émotionnellement, l’impact sur la vie du jeune homme n’en est pas moins fulgurant au point qu'il part vivre à l’ancienne adresse du martyr, coupe les ponts avec sa famille, renie sa génération de ''bobos'' futiles, ou se balade avec en poche les mémoires d’Hélène Elek.

Parallèlement au tournage, Blottière revient sur la biographie de Tommy grâce au livre de sa mère Hélène Elek, paru en 1977 sous le titre La Mémoire d’Hélène, où elle raconte la façon dont son petit gars s’est engagé dans la résistance parisienne en désertant le lycée puis en rentrant de plain-pied dans la clandestinité. Sabotages de train, exécutions d’officiers nazis, attentats meurtriers, le petit Tommy ne renonce en rien et parvient à échapper à la police française. Jusqu’à ce fameux jour du 21 novembre 1943 où il est arrêté, suite à une filature, puis torturé à Fresnes jusqu’à son exécution le 21 février 1944 au fort du Mont Valérien avec bon nombre de ses camarades de ''L’Armée du crime'' telle que l’appelaient les Nazis, dont Manouchian, haute figure au sein de ces résistants.

Le sujet est passionnant, et la mémoire de ce gamin intrépide, courageux, inconscient même, ne peut laisser indifférent. L’ennui, c’est que le projet de Blottière est en deçà de son sujet. En effet, si le parallélisme entre le personnage de 1943 et l’acteur de 2009 peut éventuellement intéresser, le «pathos» qui règne tout le long de la lecture rompt la dramaturgie (Elek met 40 pages à mourir, et Gabriel pleurniche sans arrêt…). Si Blottière, au regard de l’interprétation de son acteur, imagine les sentiments de Tommy, s’interroge, se remet en cause, invente même des situations, il ne peut prétendre, par cette confusion, atteindre à une vérité historique qui rendrait digne le destin de Tommy. Pourquoi ne s’est-il pas contenté d’écrire sur Tommy Elek, même au travers d’un roman ? Pourquoi ce passage vers une fiction cinémato-narrative ?

Le récit chronologique est bien évidemment exact et documenté, mais Blottière n’a pas su choisir entre un travail de fiction et la vérité historique. Les didascalies, écrites en italique dans le texte et relatant les scènes du tournage, n’ont véritablement pas de souffle littéraire ; cette succession de détails menant les personnages du film d’un endroit à un autre pour une création qui ne verra jamais le jour n’ont pas d’utilité ni de fin en soi. L’histoire de Tommy, riche en événements historiques, dépasse et de loin celle du pauvre Gabriel, personnage secondaire qui prend ici la forme du martyr fictif.

Restent un roman-hommage à une figure peu connue de la résistance française, et un site Internet consacré à Tommy (Cliquez ici).


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 02/05/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd