L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 20 octobre 2020
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

''Pèlerin de la France cantonale''
Jean-Paul Kauffmann   Remonter la Marne
Le Livre de Poche 2014 /  7,10 € - 46.51 ffr. / 317 pages
ISBN : 978-2-253-17795-1
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm
Imprimer

On suivra volontiers Jean-Paul Kaufman le long des berges de cette rivière française, de la Seine et Paris, jusqu'en Champagne, et sa source.

En quelques semaines, la pérégrination permet une mutation du temps et de l'espace, insolente et d'un grand luxe en cette époque d'immédiateté et de précipitation. La marche étire les heures, aiguise l'oeil, favorise la réflexion, déambulation mentale au rythme d'une marche. L'auteur parle d'anabase, de voyage intérieur par la montée d'une âme. "Le monde actuel a beau être quadrillé, il existe beaucoup de trous, de failles. Ce pays possède la grâce. Il a le chic pour ménager une multitude d'interstices, d'infimes espaces permettant de se soustraire à la maussaderie générale".

Journaliste et écrivain, Jean-Paul Kauffman saisit les lieux et les gens, d'une plume précise, la respiration avant tout littéraire, ne faisant pas l'économie de rappels historiques, Louis XVI en fuite et retour, Napoléon qui passe et revient, la Grande guerre, ses batailles, ses fronts, les écrivains, personnalités et gens de peu qui vivent avec la rivière... La tristesse des hôtels de passage, la tranquillité moribonde de zones sinistrées, que ce soit la périphérie de Paris ou les silences de la Champagne pouilleuse.

Mais la richesse aussi d'une Champagne plus bourgeoise, au patrimoine solide et préservé. La bohème enfin de gens d'un type autre, résistants et taiseux de la "diagonale du vide". "Depuis mon départ, j'ai rencontré des hommes et des femmes qui pratiquent une sorte de dissidence (...). Ils ont appris à esquiver, à résister, et savent respirer ou humer un autre air, conjurer les esprits malfaisants. Ces conjurateurs tournent le dos aux maléfices actuels tels que la lassitude, la déploration, le ressentiment, l'imprécation. Sans êtres exclus, ils refusent de faire partie du flux".

Et... la rambleur, mot appris par l'auteur dans son voyage, qu'il nous apprend à son tour, mot méconnu mais essentiel pour décrire cette lumière qui est aussi matière, sorte de lueur vaporeuse, de brume éclatante qui nimbe l'horizon et donne aux paysages et aux choses cette teinte et cette densité différentes, et indicibles. La rambleur.

Une France oubliée qui n'est pas France qui tombe. Ce sont les beautés insoupçonnées de cette marquèterie de pays que l'auteur signale avec justesse ; et le désir aussi d'en découdre avec les trompettistes de la décadence et d'une "identité nationale" qui, ont le sait bien, n'est pas celle de la France.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 24/12/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd