L'actualité du livre Samedi 20 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L’art de séduire
Jean-Denis Bredin   Et des amours desquelles nous parlons...
Le Livre de Poche 2006 /  4.50 € - 29.48 ffr. / 122 pages
ISBN : 2-253-11106-6
FORMAT : 11x18 cm

Première publication en avril 2005 (Fayard).
Imprimer

Ecrites dans les années soixante, ces pages retrouvées au fond d’un tiroir parlent d’un monde oublié, d’un temps où l’amour se gagnait au prix d’une longue conquête faite de galanterie, de lettres, de conversations, de rituels qui avaient le mérite de retarder l’abandon. Et pourtant, le meilleur de l’amour n’est-il pas dans ses commencements, dans ce mélange de patience et de doute ? Cette manière d’être peut paraître démodée, elle ne devrait pas l’être.

Claude, étudiant bourgeois va aimer trois femmes, trois figures d’un possible bonheur : Agnès, Judith, Estelle. Il fait à chacune une cour assidue, «attend un geste, un mot», craint de tout gâcher et, comme Julien Sorel, s’impose des défis. Ses maladresses, ses silences, sa fragilité suscitent chez ces femmes originales et passionnées des attentions, «des sacrifices qui l’attachent davantage à lui». Ce sont elles qui prennent les initiatives, qui se donnent et font durer. Romanesque par nature, Claude cherche en elles plus qu’elles ne sont : des héroïnes, des muses… Mais trop espérer précipite le temps de la désillusion. Agnès, la compagne «obstinément fidèle», quitte tout pour Claude. Avec le temps, elle s’enferme dans une mélancolie sans issue, vit plus de souvenirs que de projets. Judith, la «gauchiste» mariée à un chirurgien, se montre popote, mondaine, fatigante. «Les voici des bûcherons de l’amour».

Une rupture annoncée par reculades courtoises, lâchetés, fausses promesses. Après une résurrection dans les bras de l’intrépide Estelle, le dégoût s’insinue. Le corps à corps vire au cauchemar. Claude n’éprouve soudain «plus rien, ni désir, ni tendresse». Déprimé, il sent qu’en lui la vie s’épuise. A travers toutes ces femmes, peut-être n’a-t-il poursuivi qu’une chimère ? De sa soif de plaisir ne reste qu’un goût d’amertume. L’écriture élégante et raffinée de Jean-Denis Bredin se nourrit d’un souffle poétique qui restitue sans complaisance les intermittences du cœur. A la lecture de ce roman bref mais intense, l’envie nous prend de ne pas gâcher nos vies, de réapprendre à séduire. Comme l’écrit le vieux Ronsard : «Donc aimez-moi, cependant qu’êtes belle».


Emmanuelle de Boysson
( Mis en ligne le 16/07/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd