L'actualité du livre Mardi 16 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

No Sex and the City
Laura Jacobs   New-Yorkaises
Rivages - Poche 2005 /  8 € - 52.4 ffr. / 250 pages
ISBN : 2-7436-1413-7
FORMAT : 11x18 cm
Imprimer

Ce serait comme du Sex and the City sans le sexe, du Gatsby le Magnifique sous œstrogènes. En quelque 250 pages, Laura Jacobs narre deux trajectoires typiques de la upper-crust new-yorkaise : Iris Biddle, l’artiste en design ès abat-jour, et Laura Burton – double romanesque de l’auteur ? -, critique en arts du spectacle…

Leurs quotidiens new-yorkais ne se croisent qu’à une seule occasion, plutôt futile ; sinon, ce sont deux vies étanches l’une à l’autre que dépeint Laura Jacobs, mais hautement semblables : les mêmes lieux, les mêmes sociabilités, les mêmes états d’âme : célibat la trentaine passée, vie de couple problématique, amitiés complexes, détruites sur des faits divers hautement frivoles… L’auteur, elle-même new-yorkaise d’adoption, dessine la géographie particulière des filles chics de Manhattan : Sack's, Harrod’s, Bloomingdale’s, Soho, etc. Tout une physionomie hype et branchée, classieuse et glamour, entre Houston Street et Park Avenue, la 5e et Gramercy…

Le récit ennuiera donc ceux que les affres de la vie mondaine excite autant qu’un numéro du Figaro Madame. Celles ou ceux qu’un peu de strass et d’étoffes précieuses captivent, qui se délectent d’un thé avec sandwichs au concombre, et pour qui la lecture de Marie-Claire, Vanity Fair (où officie Laura Jacobs) et Cosmo est un rendez-vous assidu, quasi religieux, trouveront ici matière à plaisir. C’est bien écrit, élégant, parfois sirupeux, presque âpre, tenu debout par le peps autobiographique…

Mais à qui voudrait vivre les ambiances haut-de-gamme de la Grosse Pomme – ou ses ambiances tout court - on conseillerait plutôt de se jeter sur les DVD de l’excentrique Carrie Bradshaw, tout aussi mièvre mais nimbée de soufre, de revoir les Allen de la première époque, Quand Harry rencontre Sally ou les plus fameuses séries new-yorkaises (Friends pour l’ambiance West Village, Will and Grace pour le touche Gay-Union Square-Upper East Side, Seinfeld pour le New York juif contemporain). Quant à lire du New York, mieux vaut se plonger de toute urgence dans Paul Auster, Philip Roth et tant d’autres…


Bruno Portesi
( Mis en ligne le 08/08/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd