L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 11 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Famille décomposée
Arnaud Cathrine   Sweet Home
Gallimard - Folio 2007 /  6.60 € - 43.23 ffr. / 256 pages
ISBN : 978-2-07-034447-5
FORMAT : 11x18 cm

Première publication en septembre 2005 (Phase Deux).
Imprimer

Le cinquième opus d’Arnaud Cathrine offre une vision lucide et acérée des secrets de famille, et une superbe réflexion sur ces blessures qui nourrissent l’écriture.

C’est une plage. En bord de Manche. Là où le sable côtoie les falaises grises et argileuses. Arène naturelle qui accueille le grand cirque des familles en vacances, et abrite, la nuit, les rêves et les désillusions des adolescents. C’est une maison. Posée en bord de la falaise friable. Théâtre bancal et délavé, où se croisent et s’ignorent cinq personnages, «figures lourdes et lasses». C’est une famille. Engluée dans ses silences, ses renoncements, ses lâchetés. Chaque membre, pauvre électron solitaire, dérive, conscient de l’inéluctable qui marquera définitivement la fin de l’été et de l’enfance.

C’est un roman acre et lumineux. Trois regards d’enfants, révélés sur vingt ans. Lily, Vincent et Martin disent leur vérité, au plus proche de l’intime. En une écriture épurée et sensible, Arnaud Cathrine explore admirablement le thème (pourtant surexploité en littérature) des secrets de famille et des fêlures qui en découlent. Des phrases courtes et percutantes, jamais alourdies par quelque figure de style superflue. Un langage simple dont la force d’évocation révèle toute la maîtrise de son auteur. Le ton de l’ouvrage, tour à tour glaçant, trouble ou émouvant, reste toujours juste. Parce que sans concession, certes, mais empreint de questionnements et de tendresse.

Conditionnement du passé parental, douleur de la perte, travail de deuil : chacun de nous a, un jour, affronté un de ses états pour grandir et s’émanciper. Et accepter de revenir à la table familiale pour tenir sa place, avec, cette fois, les yeux grands ouverts. La fiction d’Arnaud Cathrine touche donc par son universalité et son humanité. Ce sont, enfin, des pages incroyables sur le travail d’écriture. «Les vrais visages, les vraies blessures, les vraies accusations» dont se nourrit l’écrivain quand il cesse de n’être qu’un habile jongleur de mots savants.


Stéphanie Scaringella
( Mis en ligne le 01/06/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd